Séjour à Lesvos Mytilène

GUIDE TOURISTIQUE A DESTINATION DES ILES GRECQUES : VOYAGE SUR L'ILE DE LESVOS (MYTILENE)

DESCRIPTIF, GEOGRAPHIE DE L'ILE DE LESBOS (LESVOS OU MYTILENE) : 


L'île de Lesbos est la troisième plus grande île de Grèce après la Crète et l'Eubée. Sa superficie est de 1630 km2 et elle possède 3 chaines montagneuses : 
- Le mont olympe à 968 mètres dans la presqu'île sud
- Le mont Lepetymnos à 968 mètres au nord de l'île
- Le mont Profitis Ilias à 799 mètres
Sans la presqu'île située à l'ouest, le reste de l'île est vallonnée avec de nombreuses forêts, de vastes plantations d'oliviers, des vergers et des plaines fertiles. La pêche est importante avec deux golfes profonds particulièrement poissonneux (golfes de Yeras et de Kalloni). 
Appelé aussi Mytilène, du nom de sa capitale, Lesbos est située à proximité des côtes turques (environ 25km). La population d'environ 100 000 habitants vit principalement de l'agriculture (11 millions d'oliviers et production d'huile d'olive de 45000 tonnes) du tourisme mais aussi de la fabrication d'ouzo (ceux de Lesbos sont spécifiquement parfumés et réputés), les plaines sont cultivées avec des céréales et des plantes maraichères. Les turcs la nommaient le jardin de l'Égée en raison de sa richesse et de sa fertilité, elle a toujours été une île prospère.
Cette île a conservé ses traditions et une vie culturelle importante (associations littéraires, théâtrales, musicales, etc..), et l'été de nombreux spectacles sont présentés particulièrement de danse et de musique.
Lesbos présente une Grèce traditionnelle loin des clichés des villages cycladiques aux maisons blanches sur fonds de mer et de ciel bleus, mais un paysage souvent verdoyant, des villages de montagne aux toits de tuiles rouges, des plages de sables, quelques sites naturelles pittoresques, une vie qui est demeurée un peu orientale comme à l'époque où les côtes de l'Asie mineure étaient encore grecques et que la vie circulait entre les deux rives proches avec des cités qui existaient depuis l'antiquité et l'empire byzantin (Milet, Ephese, Smyrne).

MYTHOLOGIE, HISTOIRE DE L'ILE DE LESBOS (LESVOS OU MYTILENE) : 
Sa position géographique a fait de Lesbos une île habitée dès la plus haute antiquité (3000 ans avant J.C). L'île est parsemée de vestiges préhistoriques qui restent à fouiller (Chalakies près de Polychnitos, Thermi, âge du bronze, etc...). A l'époque de la guerre de Troie, les Achéens s'arrétèrent à Lesbos pour ravitailler et pillèrent les richesses de l'île (les habitants de Pétra montrent une fontaine où Achille serait venu se désaltérer, à Makara il y a des tombes où ont été exhumés les marins achéens décédés).
Entre 1200 et 1100 avant J.C les invasions doriennes commencent. Les peuples Eoliens de Thessalie sont obligés d'émigrer et arrivent aux environs de l'an 1000 avant J.C sur l'île de Lesbos. Ils s'y installent, apportent leur civilisation, langue et coutumes et fondent des villes importantes Mytilène, Methimna, Eressos, Antissa, Pyrra, Arisbi. Les trois premières sont encore des villes importantes de l'île. Les autres ont été détruites au fil du temps : Antissa en - 168 par les romaines, Pyrra a disparu à l'époque hellénistique englouti, et certains marins vous disent que par temps calme on peut encore voir les restes de la cité sous la mer.
Lesbos a atteint son apogée au 7ème et 6ème siècles avant J.C. Elle produit de l'huile d'olive et des vins, commerce avec les autres îles et arrive même à coloniser une partie de la côte d'Asie mineure (présence grecque de 2500 ans). Le développement artistique est important et beaucoup de poètes de cette période sont originaires de Lesbos, dont la célèbre Sapho, fille d'une famille aristocratique d'Eressos. Elle enseignait la danse, la poésie, la musique, le bon goût. Ses poèmes étaient chantés dans toute la Grèce et une pièce fût frappée à son effigie. L'île fût envahit par les perses ce qui entraina quelques années plus tard le début des guerres médiques. Après la défaite perse à la bataille navale de Salamine, Lesbos devient membre de la confédération athénienne (ligue de Délos) et paie tribut. Lesbos avec sa ville principale Mytilène conserva son aura et avait même une école philosophique (Aristote y enseigna en - 384 et Épicure en – 341).
Suite à la défaite de Chéronée, Philippe de macédoine (père d'Alexandre le grand) s'empare de toute la Grèce. Après la mort d'Alexandre, elle passe sous domination des Ptolémée qui ont pris le pouvoir en Égypte avant de se soumettre aux romains. 
Les romains aimaient cette île faite de douceur et beaucoup y venaient en « touristes ». Ils construisirent un aqueduc encore visible (voir également les mosaïques de la maison de Ménandre près de Mytilène du 3ème siècle). Après le partage de l'empire romain en deux parties, occident et orient, l'empire byzantin continue mais il subit des fluctuations de territoires importantes suivant les différents empereurs, les attaques de pirates, etc.... La prise de Constantinople par les francs entraine la prise de possession de l'île de Lesbos par l'empire latin qui la cède en 1344 aux génois. Elle est gouvernée par la famille des Gateluzzi et ceci amène une période de développement économique principalement du fait de la production du mastic et de l'huile d'olive. Elle garde son caractère grec et byzantin. En 1462 elle est conquise par les turcs.
Lors de la guerre d'indépendance de 1821, Elle est conservée par les turcs et elle n'obtiendra son rattachement à la Grèce qu'après la guerre balkanique (Grèce, Bulgarie et Monténégro contre la Turquie en 1912). Lors de la catastrophe de 1922 et le retour d'environ 2 millions de grecs d'Asie mineure (l'ancienne terre des éoliens), elle accueille beaucoup de réfugiés. Ceci a apporté un nouveau souffle à l'île de Lesbos et à son développement économique et culturel (parmi les plus connus : le peintre naïf Théofilos, l'écrivain et poète Elytis, etc...).

A DECOUVRIR SUR L'ILE DE LESBOS (LESVOS OU MYTILENE) : 

- Mytilène : la capitale de l'île a subi beaucoup de destructions jusqu'à la fin du 19ème siècle (pour rappel destruction lors des massacres de Chio de 1822, tremblement de terre de 1881). C'est donc principalement une ville qui date du début du 20ème siècle et qui a eu un essor important avec l'arrivée des grecs d'Asie mineure à partir de 1922. Elle est bâtie sur les ruines de la ville antique et médiévale au flan de hautes collines. Quelques demeures patriciennes de style néo-classique côtoient des immeubles beaucoup modernes et un vieux quartier autour du kastro d'origine byzantine date de l'empereur Justinien 527-565 (modifié par les génois et les turcs). L'ensemble n'a pas un charme fou (mais une ambiance méditerranéenne avec ses boutiques traditionnelles et ses ventes de produits locaux et marché aux poissons) mais c'est un point central pour visiter l'île et quelques points particuliers méritent une visite. Le kastro : il ne reste que quelques parties de murs et à l'intérieur les ruines d'édifices d'origine turque. Près du Kastro, on trouve le théâtre antique d'époque hellénistique et les ruines d'une villa romaine avec des mosaïques du 3ème siècle exposées au musée.
Le musée archéologique expose les trouvailles faites pendant les fouilles et des mosaïques (voir ci-dessus), le musée byzantin des icônes et des objets de culte (13ème au 18ème siècles).
- A proximité de la ville à Varia le musée du peintre naïf Théofilos expose une quantité de peintures de ce peintre du début du 20ème (1866-1934). A proximité on trouve aussi le musée Tériade, critique d'art qui vécut de nombreuses années à Paris et qui a conservé des lithos de Chagall, Giacometti Matisse, Léger, Picasso.
Station balnéaire avec plage de sable à environ 6km de la capitale à Varia

Le nord de l'île entre Mytilène et Molyvos (Miyhimna) :
- A 6 km au nord au lieu dit Moria les restes d'un aqueduc romain du 2 et 3èmes siècles.
- Thermi : c'est une ancienne station thermale qui est voisine d'un ancien site archéologique, les eaux chaudes étaient déjà utilisées pendant l'antiquité (il est possible de découvir dans les environs de Thermi des tours d'habitation traditionnelles).
- Mantamados : proche de ce joli village connu pour ses poteries, le monastère des taxiarques du 17ème abrite une icône noire de l'archange Michel (une grande fête a lieu le 3ème dimanche après Pâques pendant laquelle un taureau (plus quelques chèvres et moutons) est sacrifié afin de préparer un immense ragout savouré par les participants. C'est le début de festivités qui durent pendant l'été.
Une fête similaire à lieu à Agia Paraskevi (dans la montagne à proximité de Kalloni) la dernière semaine de mai avec une course de chevaux.
- Sykaminia : petit village situé à quelques kilomètres de la mer dont l'échelle Skala Sykaminia (le port) est un des plus beaux de l'île.
- Molyvos, construit au flan d'une colline que domine un vieux kastro (fort) byzantin, possède des maisons de 1 ou 2 étages aux toits de tuiles rouges, aux façades de tons pastels, aux balcons peints de couleurs vives, des « archontika » avec une forte influence orientale. Son petit port pavé attirent les visiteurs (quelques vestiges de l'antique Mythimna sont visibles à la mairie). Arion, poète du 7ème siècle avant J.C, y serait né et Palamède guerrier achéen tué lors de la conquête de la ville y fût enterré par Achille. Quelques tombes sont les seules vestiges de la cité antique avec le petit musée archéologique conservant des trouvailles faites sur le site de l'antique Mithimna (la ville actuelle est construite sur un site occupé depuis le néolithique et une cité antique de l'âge du bronze, 2800 à 1100 avant J.C, qui ne déclina qu'à l'époque romaine).
C'est dans ce lieu que le poète grec Longus (début du 4ème siècle) situe son roman Dalphné et Chloé qui décrit les paysages de la région nord de Lesbos (entre Miyhimna et Sygri).
- A 3 km de Mithimna sur la plage d'Eftalou une source radio active (46°) réchauffe la mer aux alentours.
- Molyvos à Kalloni : à partir de Molyvos la côte est plus aride car un volcan maintenant éteint a recouvert lors de nombreuses irruptions des régions entières.
- Petra : le village doit son nom à un rocher immense qui se dresse au centre, des escaliers taillés dans la pierre permettent d'accéder à une petite église située au sommet (la Panaghia Glikofiloussa). On y trouve aussi une longue plage au pied d'une falaise rocheuse, un petit village avec une église du 16ème (Agios Nikolaos) avec des icônes et une fresque (15ème), une ancienne maison (famille Varelzidainos) avec des balcons de bois.
- Il est possible de voir le site archéologique de l'antique Antissa et le vieux village dont la place centrale dispose d'immenses platanes qui dispensent de l'ombre aux « cafenions » et tavernes, les monastères de Agios Ioannis Théologos, Périvolos (belles fresques byzantines) Ypsilou (monastère du 12ème installé au sommet d'un volcan éteint près de la forêt pétrifiée). La visite de la forêt pétrifiée, il y a plusieurs milliers d'années (20 environ mais les datations varient) entre Sygri et Eressos, avec des troncs qui peuvent atteindre jusqu'à 20 mètres de long (pins et séquoias) est un instant rare. La route conduit ensuite à Skala Eressos avec sa plage de sable et son petit musée (les trouvailles du site antique d'Eressos, lieu de naissance de Sappho). 
- Le petit port de Sigri au pied d'un vieux Kastro vénitien et une petite plage ravira les personnes avides de quiétude.
- A Skala Kalloni et Kallonis : Kalloni dans l'intérieur des terres et Skala le port (l'échelle) c'est un village balnéaire et port de pêche spécialisé dans les sardines. Il y avait il y a encore quelques années des huileries dont on peut encore apercevoir les hautes cheminées. Kalloni était une ville importante pendant l'antiquité et il existe encore quelques ruines d'un temple et d'une forteresse byzantine au lieu dite Xirokastro.
- A proximité de Kalloni le monastère de Limonos abrite une bibliothèque avec des manuscrits précieux un musée d'art religieux et populaire, une église avec des fresques du 17ème siècle.

La partie sud de l'île entre les golfes de Kalloni et de Yera.

- C'est une partie de l'île aux paysages variées, la côte sud possède quelques belles plages : Plomari, Agios Isodoros (plage de galets 3 km à l'est de Plomari), Mélinda (6km au sud de Plomari) Vatéra plage de sable de 8 km de long à environ 50km au sud ouest de Plomari.
- Près de Vatera le petit village de Vrissa avec de vieilles maisons et des ruelles pavées et à proximité les ruines d'un sanctuaire antique de dyonissos (1er siècle avant J.C).
- Le centre balnéaire de l'île est situé à Plomari compromis entre ville grecque classique avec ses activités dont ses distilleries d'Ouzo et ses maisons du 19ème agrippées au flan de la colline et une station touristique avec hôtels, restaurants, cafés.
- Agiassos : village situé dans les collines en pleine verdure, au flan du mont olympe, c'est un village traditionnel aux maisons anciennes aux toits de tuiles, aux ruelles pavées avec ses vieux métiers (potiers, tisserands, sculpteurs sur bois, etc...). Son église de la Panaghia possède une icône sainte et attire à l'assomption les pèlerins de l'île.


Conditions générales - Mentions Légales - Détours 2014 - Site réalisé par Dare Pixel