GUIDE TOURISTIQUE A DESTINATION DES ILES GRECQUES : VOYAGE SUR L'ILE DE SIKINOS

DESCRIPTIF, GEOGRAPHIE DE L'ILE DE SIKINOS : 

Elle est située à l'ouest de Ios et à proximité de Folégandros. Elle fait partie de l'archipel des Cyclades. C'est une petite île de 41 km2 dont le sommet le plus élevé est le mont Troulos à 553 mètres. Sikinos est une île rocailleuse et aride avec quelques petites vallées fertiles. Les côtes sont principalement rocheuses. Elle ne compte qu'environ 300 habitants qui vivent de la pêche côtière, d'une agriculture de subsistance dans de petits champs aux murets de pierre (production de miel, d'huile d'olive et de vin, tomates, salades, pommes de terre, aubergines, courgettes, poivrons concombres, etc...), ainsi que de l'élevage de chèvres avec sa production de fromages. Le port d'arrivée des ferrys (Allopronia) est situé sur la côte Est, moins sensible aux vents violents comme le meltem. Ce port est maintenant d'assez grande dimension et même peut-être trop par rapport à l'activité de l'île. La petite capitale Sikinos Chora est située à environ 4 km à l''intérieur de l'île. C'est un petit village cycladique avec ses maisons blanches qui s'étale à flan de colline aux toits plats afin de récolter les faibles eaux de pluie. Le réseau routier est médiocre, les infrastructures touristiques faibles, c'est donc une île calme. Il est possible de goûter à des plaisirs simples, comme la randonnée pédestre, la baignade dans des criques rocheuses ou une petite plage de sable, de profiter de la vie paisible des habitants, de leur accueil amical... C'est ce qui fait le charme de ce caillou perdu au milieu de l'Égée. 

MYTHOLOGIE, HISTOIRE DE L'ILE DE SIKINOS :

Dans l'antiquité l'île était appelée Oenoe qui signifierait l'île du vin et les îliens adoraient Dyonisos. Elle doit son nom actuel au roi de Limnos, dans les îles du nord de l'Égée. Le roi Thoas est arrivé sur l'île, chassé par les femmes de Limnos qui auraient tué tous les hommes de l'île à l'exception de leur roi qui partit en exil (ce mythe est à rapprocher du mythe qui dit qu'à Limnos, les habitants s'indignèrent du fait qu'Aphrodite trompait leur dieu Héphaïstos et la blâmèrent, Aphrodite pour se venger des lemniens fit massacrer tous les hommes de l'île). Le roi Thoas épousa une nymphe de l'île d'Inos, leur fils fût appelé Sikinos.
Des trouvailles faites sur l'île prouvent qu'elle fût habitée à l'époque mycénienne, mais il n'y a pas de restes de fortifications ou de ville. Pus tard les ioniens s'y installèrent (10ème siècle avant J.C) puis des doriens vers 800 avant J.C.
Petite île sans richesse particulière, elle ne pouvait qu'être un comptoir pour les navires et n'avait pas d'importance stratégique. Elle était donc dominée par les îles aux alentours. Le législateur, Athénien Solon, parle de l'île de Sikinos en termes d'île insignifiante au 6ème siècle avant J.C. Elle fait partie de la confédération athénienne (ligue de Délos) et paie tribut à Athènes (1000 drachmes par an). Ensuite elle passe aux mains des macédoniens et des Ptolémée d'Égypte après la mort d'Alexandre le grand. Sous la période romaine, elle fût une terre d'exil puisque pauvre (c'était une manière romaine d'envoyer les personnes en exil sur des terres isolées et inhospitalières). Elle est en but aux invasions de pirates lors de l'empire byzantin et à partir de 1207 elle fait partie du duché de Naxos qui appartient aux vénitiens. Après les incursions pirates de Barberousse, elle est conquise par les turcs en 1566, qui y demeurent pendant 250 ans. Elle fera partie en 1828 de la Grèce indépendante après la guerre de 1821.

A DECOUVRIR SUR L'ILE DE SIKINOS : 

- Le port Allopronia : c'est l'unique port de l'île de Sikinos. Il s'est développé depuis quelques années avec quelques petits hôtels, locations, tavernes et restaurants. A proximité du port une petite plage de sable permet de profiter de la mer, 2 autres plages sont accessibles à pied ou en caïque depuis le port : Agios Panteleimonos et Dialiskari.
- Chorio Sikinos Kastro : la petite capitale de l'île est située à l'intérieur des terres. Il s'agit d'une ville ancienne de pur style cycladique construite pour ne pas être visible de la mer afin de ne pas attitrer les incursions des pirates. Elle est bâtie au pied d'une falaise, à flan de colline. Ses ruelles, ses petites maisons blanchies à la chaux tournées vers l'intérieur pour servir de protection et faire une muraille, son caractère paisible plaira aux amateurs de vie grecque traditionnelle, avec ses quelques petites tavernes, ses « cafénion » et ses commerces qui conservent l'atmosphère d'un autre temps.
Sur une colline et accolé à la Chora le vieux kastro a conservé l'aspect des temps anciens.
Au dessus de la Chora le monastère de Zoodohou Pighis a été construit au sommet d'une falaise abrupte au début du 18ème siècle, entouré d'une muraille. C'est un monastère fortifié qui servait de refuge aux habitants de Chora lors des menaces et des invasions pirates. Abandonné par les moines depuis plus d'un siècle, les habitants et la ville de Chora entretiennent les lieux qui peuvent être visités (tenue correcte exigée comme pour tous les monastères et couvents grecs).
- Episkopi : construit sur les restes d'un mausolée d'époque romaine (2ème et 3ème siècle dont il reste quelques parties intéressantes) et avec les pierres du dit temple, une petite église byzantine dédiée à la vierge (Koimissis Theotokou) a été édifiée au 7ème siècle. Elle aurait été détruite par un tremblement de terre et reconstruite. En 1688, un petit monastère a été installé autour de l'église originelle. Ce lieu sauvage pourra être le but d'une belle randonnée pédestre qui longe des falaises ou s'enfonce dans l'arrière pays (environ 9 km aller retour). Pour les bons marcheurs, il est possible de continuer la balade jusqu'à Agia Marina (petite église). A proximité, il y a un ancien site dorien qui serait les ruines de la ville antique dont parlait Solon, il y a été retrouvé quelques pièces de monnaie à l'effigie d'Apollon et un terrain aplani où aurait été construit la ville (environ 4 à 5 km supplémentaires). Calme, odeurs des thyms sauvages, musique des clochettes des chèvres qui vagabondent voilà une vie toute pastorale (une route a été construite pour mener à Episkopi mais le chemin muletier demeure).
- Paléokastro : quelques traces d'une forteresse de l'époque vénitienne, un point de vue splendide sur l'île d'Ios, et donc un observatoire important lors du moyen âge puisque l'on pouvait apercevoir tous les bateaux qui approchaient de l'île.
- Grottes de Mavrospilia et Drakospilia : quelques caïques irréguliers permettent parfois d'aller visiter ses deux grottes situées assez loin du port d'Allopronia.
- Plages : autour d'Allopronia (voir ci-dessus) et Agios Georgios accessible par une route depuis Chorio.

 
 

Conditions générales - Mentions Légales - Détours 2014 - Site réalisé par Dare Pixel