Combiné d'îles avec Sifnos

GUIDE TOURISTIQUE A DESTINATION DES ILES GRECQUES : VOYAGE SUR L'ILE DE SIFNOS

DESCRIPTIF, GEOGRAPHIE DE L'ILE DE SIFNOS :

L'île de Sifnos fait partie du groupe d'îles des Cyclades de l'ouest qui s'alignent en direction du sud au large du Cap Sounion. L'île a une superficie d'environ 74 km2, son sommet le Profiti Ilias atteint 680 mètres. En dehors de cette montagne, l'île est vallonnée et relativement verte avec oliviers, figuiers et amandiers, petits champs d'orge, de blé et plantes maraichères. L'île était connue pour ses poteries, mais maintenant ce métier est en passe de disparaître (il reste un ou deux véritables artisans). L'île qui compte environ 2500 habitants comprend plusieurs petits villages typiquement grecs et qui ont su garder leur style cycladique avec de nombreuses chapelles, quelques monastères et des chemins muletiers agréables pour de belles randonnées (peu balisées). Il y a quelques belles plages de sable et criques qui en font un lieu agréable pour des vacances détendues. Les hôtels et locations se sont développés depuis quelques années, mais ils sont à taille humaine et en général bien intégrés dans le paysage. L'île a gardé son charme et sa vie locale, beaucoup de grecs et d'athéniens viennent y passer leurs vacances et cela permet de conserver cette atmosphère particulière des îles grecques.

MYTHOLOGIE, HISTOIRE DE L'ILE DE SIFNOS :

L'île est occupée au néolithique par des peuples qui demeurent inconnus, sans doute les mêmes peuples que ceux des autres Cyclades comme Naxos Paros et Amorgos (civilisation cycladique de 3200 à 2000 avant J.C). L'île poursuit son développement avec l'arrivée des phéniciens qui la nomment Akys ou Méropia puis des minoens (2000 à 1500 avant J.C). Dès cette époque, ces deux peuples exploitent les mines d'or, de cuivre (métal précieux à l'âge du bronze) et d'argent dont l'île est riche. Cette richesse a sans doute été exploitée également par les mycéniens qui étaient friands d'or (voir les trésors, les masques en or des mycéniens au musée archéologique d'Athènes). Ces mines seront utilisées jusqu'à la période classique, en 600 avant J.C, l'île frappe les monnaies d'or et d'argent, donc avant des villes plus réputées comme Athènes. Le trésor de Sifnos sur le site de Delphes qui date du 6ème siècle avant J.C est connue pour sa richesse et sa décoration. Cette époque marque bientôt sa fin car au 5ème siècle, les mines s'épuisent, l'or se fait plus rare et l'île commence son déclin. La mythologie précise que chaque année, les habitants de Sifnos devaient offrir à Apollon Delphien un œuf en or, mais comme les mines étaient épuisées, ils ont voulu tromper le dieu en peignant une pierre taillée à la bonne dimension en couleur or. La colère du Dieu fût telle qu'il envoya le tyran Polycrate de Samos (-538 à – 522 avant JC) pour prendre tous les métaux précieux encore présents sur l'île. Le mythe rejoint la réalité, l'île périclita à partir de cette période, et son nom Sifnos qui signifierait vide en ancien grec, proviendrait de cette épuisement des mines. L'île prend part aux guerres médiques et devient membre de la ligue athénienne (ligue de Délos). Elle suit le sort des autres Cyclades dans l'empire hellénistique puis fait partie de l'empire romain.

L'île devint un lieu d'exil sous les romains puis fait partie de l'empire byzantin (année 324).
En 1207 elle tombe aux mains des vénitiens, elle appartient à partir de 1269 au duché de Naxos, puis comme les autres îles proches, elle subit divers changements (à nouveau empire byzantin puis encore italienne, avant d'être dévastée par Barberousse en 1537, et reprise par une autre famille italienne). Elle est soumise aux turcs en 1617 et le reste pendant deux cents ans avant de participer à la guerre d'indépendance en 1821 (voir à Artemonas le buste de Nikolaos Chrysolegos 1780-1858 un des héros de la guerre d'indépendance qui habitait ce village). Sifnos devient membre du jeune état grec en 1830.

A DECOUVRIR SUR L'ILE DE SIFNOS :

- Kastro : Cet ancien village était totalement inhabité dans les années 1975, ses maisons étaient debout mais en mauvais état, les murs n'étaient plus chaulés, les ruelles étaient vides, et même les chats avaient déserté les lieux. Cette ancienne capitale de l'île jusqu'à une période récente (1832) était à cette date délaissée au profit d'Apollonia. Ce gros bourg, édifié à l'emplacement de l'ancienne acropole de la période classique (500 avant J.C), a conservé de l'époque vénitienne (13ème et 14ème siècle) ses fortifications faites de maisons collées, ses ruelles, ses escaliers, ses passages voûtées, mais aussi ses balcons de bois. Il est certain que depuis le village de Kastro  a retrouvé une certaine vie avec ses maisons blanches ses volets et ses balcons peints, les rues en haute saison sont un peu plus peuplées qu'il y a 35 ans. Accrochée à son rocher au dessus de la mer, Kastro est devenue un lieu incontournable à visiter lors d'un séjour à Sifnos.


- Apollonia : Elle doit son nom au temple d'Apollon du 7ème siècle avant J.C situé au dessus de la ville, là où a été édifié l'église Panagia Ouranofora. La ville se compose de petites maisons blanches, de coupoles bleues, tout un ensemble accroché sur les hauteurs d'une colline et qui descend sur les deux versants, un vers Kamares et son port, l'autre vers Kastro, Faros et la Panagia Chrryssopighi l'emblème de l'île. La petite capitale de l'île possède quelques banques, tavernes, restaurants, petits hôtels et pensions, mais elle a conservé une part de son caractère grec dans les anciennes petites ruelles et ses jardinets fleuris.

Artemonas : le village est situé au dessus de celui d'Apollonia en continuant sur la crête de la même colline, après Pano et Kato Petali. La rue principale se dirige vers le centre du village et l'église Agios Konstantinos du 15ème siècle et les vieilles maisons patriciennes, les « arkontika » qui datent du 18ème et du 19ème lorsque la ville s'est développée après l'abandon de Kastro et le début de l'indépendance grecque (1832).

le site mycénien d'Agios Andréas: le site, construit au sommet d'une haute colline, date du 12eme siècle avant J.C, les fouilles ont permis de mettre à jour toute une ville antique avec ses fortifications (en très bon état de conservation). La vue est splendide car elle permet de voir une grande partie de l'île.Vous pourrez aussi déccouvrir la petite chapelle d'agios Andréas (construite en 1701), toute blanche et étincellante.

Les églises et monastères :
L'île de Sifnos aurait environ 365 chapelles et églises, personne ne les a véritablement comptées, il faut donc croire la légende et la parole de ses habitants qui vous répèterons qu'il y a une église pour chaque jour de l'année. 
Le village de Kastro possède encore plusieurs églises intéressantes : Panagia Eleoussa (1653) Theoskepasti (1631, dallage ancien) Aghios Ioannis Theologos (1812 iconostase et icônes du 16ème siècle), Aghios Nikolaos (1536), Panagia Koimissi (1593), Aghiia Aekaterini (1665).
- Monastère Panagia Poulati : situé au bout d'un chemin près de la mer avec une belle crique à proximité, il est un but de randonnée au départ d'Artémonas.
- Monastère Panagia Vrisis : situé près de la route entre Apollonia et Platis Yalos, il a été construit au 17ème siècle. C'est un ensemble fortifié dont l'intérieur est un jardin arboré. Un petit musée sur l'île et l'art byzantin est installé à l'intérieur du monastère et dans l'église il y a une iconostase de 1750.


Monastère Panagia Tou Vounou situé dans les collines entre Faros et Platis Yalos il a été construit au début du 19ème siècle.
- Église Panagia Chryssopighi : située sur une presqu'île rocheuse balayée par les vagues lors des tempêtes, son accès se fait par un petit chemin piéton au départ de Faros. Sa construction date de 1650, elle est l'emblème de l'île et fait l'objet d'une grande procession lors de la Pâque grecque entre Apollonia et le monastère.
- Monastère Profitis Ilias : une belle randonnée avec quelques montées assez abruptes afin d'accéder au plus haut sommet de l'île (680 mètres) et aux restes encore en bon état d'un vieux monastère fortifié construit autour de 1650. Vue superbe sur l'île et les îles avoisinantes Milos, Sérifos, Paros, Folengandros.
- Ancien monastère de Chrysostomos, construit en 1550, il est situé entre les villages de Kato Petali et Kastro, son activité a été arrêté en 1834 sur directive du roi Othon.

Autres curiosités :
Musées archéologiques : musées d'Apollonia et de Kastro, petits musées qui contiennent les objets trouvés lors des fouilles des temples d'Apollon près d'Apollonia et de l'acropole antique à Kastro.

Les plages :
- Kamares, le port d'arrivée des ferrys et highspeeds possède une plage de sable. C'est un ancien village de potiers qui a pris assez rapidement le virage touristique, nombreux hôtels, locations, tavernes, restaurants, de l'autre coté de la baie le lieu dit Agia Marina s'est développé également mais demeure moins concentrée que sa voisine.
- Platis Yalos, la belle plage de sable de l'île, un beau ruban jaune paille que l'on découvre par la route qui surplombe la baie. C'est une petite station balnéaire avec hôtels, locations, restaurants, cafés qui est dédiée au tourisme pur. La plage est de sable, la mer est souvent calme, suffisant pour satisfaire les amoureux des bains et du bronzage, et puis l'île n'est pas si grande qu'il ne soit pas possible d'aller visiter le reste de l'île.
- Vathi : son développement est relativement récent et date de l'asphaltage de la route entre Appolonia et Vathi. Auparavant, il fallait prendre un caïque de Kamares et il n'y avait pas de logements sur place à part quelques chambres chez l'habitant. Depuis la création de la route, des hôtels de qualité ont poussé, des restaurants ont ouvert. Il est vrai que l'anse de Vathi est presque idyllique, il fait presque un cercle parfait entre deux caps rocheux qui délimitent l'entrée, au fond de l'anse : le sable fin, des eaux limpides et peu profondes et le calme. Les voitures restent sur des parkings éloignés et la vie s'écoule doucement.
- Faros : petit port de pêche, le « phare » était au 19ème siècle le principal port de l'île, les gros bateaux ne pouvaient accoster dans cette baie peu profonde et Kamares a pris la première place. Faros est maintenant un petit port de pêche tranquille avec ses tavernes traditionnelles et ses petites criques de sable réparties aux alentours, le port est aussi situé près de la fameuse Panagia Chryssopighi toute blanche sur son rocher déchiqueté au milieu de la mer (petit chemin entre le port et l'église).

Comment arriver à Sifnos depuis la France et depuis la Grèce?

- Vols réguliers quotidiens Paris Athènes : vols quotidiens Aegean airlines ou Air France.
- Vols charters Paris - Athènes, Lyon - Athènes, Nantes - Athènes.
- puis bateaux au départ du Pirée pour le port de Kamares situé à quelques kilomètres de la capitale de Sifnos : Appolonia.

Différents bateaux possibles suivant les périodes et compagnies maritimes : highspeed ou ferrys.
Nombreux bateaux entre les îles des Cyclades au départ du port de Kamares pour Milos, Kythnos, Sérifos et moins fréquents pour Santorin et Paros.

Nos possibilités de séjour sur l'île de Sifnos :
Hôtels de diverses catégories (A, B, C) situés dans les différents villages de l'île : Kamares, Appolonia, Faros, Platis Yalos, Vathi. 
Locations de studios et appartements à Kamares, Vathi et Faros.
Location de maisons : non disponible à Sifnos.

 

Conditions générales - Mentions Légales - Détours 2014 - Site réalisé par Dare Pixel