séjour à Milos    combiné d'îles avec Milos

GUIDE TOURISTIQUE A DESTINATION DES ILES GRECQUES : VOYAGE SUR L'ILE DE MILOS

DESCRIPTIF, GEOGRAPHIE DE L'ILE DE MILOS :

L'île doit son renom à la fameuse Vénus de Milo exposée au musée du Louvre et qui a été trouvée dans un champ à Milos au 19ème siècle (elle aurait été faite avec du marbre de Paros, sculpture de l'époque hellénistique 100 avant J.C). L'île de Milos est un peu différente des autres Cyclades de par sa nature volcanique. L'immense rade centrale est en fait une caldeira qui est à peine reconnaissable par rapport à celle de Thera car elle s'est totalement effondrée. L'île a une superficie de 151 km2 et environ 5000 habitants dont une bonne proportion travaillent dans la principale activité de l'île : l'exploitation des minerais dont l'île est très riche comme le soufre, le manganèse et la bentonite (variété d'argile). Depuis toujours, l'activité minière a été importante puisqu'aux origines Milos produisait l'obsidienne qui servait à l'époque néolithique pour les pointes de flèches, de lances et pour la confection de couteaux et racloirs. Les autres activités de l'île sont l'agriculture, le commerce et maintenant le tourisme mais qui n'est pas comme pour beaucoup des îles des Cyclades l'activité principale ou parfois presque unique. L'ile est couverte de collines qui culminent au mont Profiti Ilias à 774 mètres, situé dans la partie ouest de l'île qui est presque inhabitée. Les principaux villages se répartissent sur la côte ouest de la caldeira : Adamas, Tripiti, Plaka et Pollonia au nord est qui est principalement un petit port vivant du tourisme et des liaisons en bateaux avec l'île de Kimolos. Il est important de savoir que cette île, comme beaucoup des Cyclades, n'est pas auto-suffisante en eau et que celle-ci provient par bateau citerne de Grèce continentale. Il est donc certain qu'elle est d'un coût élevée principalement en haute saison lorsqu'elle manque totalement. 

MYTHOLOGIE, HISTOIRE DE L'ILE DE MILOS :
Des traces d'occupation de l'île permettent d'établir que les premiers habitants de Milos étaient présents au 6ème millénaire avant J.C. Dès le néolithique, les habitants produisent de l'obsidienne et l'exportent vers les autres Cyclades, la Crète, Chypre et jusqu'en Égypte, ils font donc naturellement partie de la civilisation cycladique qui se développe dans les îles autour de Naxos, Paros et Amorgos principalement (3200 à 2000 avant J.C). Cette civilisation est supplantée par la civilisation minoenne qui devient prépondérante vers 2000 avant J.C les crétois exploitent Milos pour son obsidienne (site de Philokopi 2000 à 1000 avant J.C). Puis les mycéniens prennent le pouvoir et s'installent à Milos vers le 13 et  14ème siècle avant J.C.
Les doriens prennent possession de l'île et détruisent Philikopi au 11ème siècle avant J.C et achèvent l'effondrement de la civilisation mycénienne.


Après les périodes obscures, une nouvelle civilisation grecque commence, et une nouvelle période pour l'île : la ville de Melos est fondée par Spartes en 700 avant J.C. Comme tous leurs prédécesseurs, les spartiates exploitent les mines et la ville prospère. Elle est détruite par Athènes lors des guerres du Péloponnèse (416 avant J.C) car l'île ne voulait pas s'engager pour un des belligérants (la neutralité n'était pas bien acceptée par les Athéniens). L'île est ruinée, tous les hommes sont tués, les femmes et enfants réduits en esclavage. Il fallut 10 ans pour que l'île soit de nouveau habitée. Elle appartient aux macédoniens pendant la période hellénistique, une nouvelle période de prospérité commence avec l'exportation de produits miniers (la ville est riche pour preuve les statues de marbre retrouvées comme la vénus de Milo et la statue de Poséidon en bronze de 2,17 mètres de hauteur maintenant au musée archéologique d'Athènes). Pendant la période romaine, l'île est une des premières à être christianisée puis devient naturellement possession byzantine lors de la séparation de l'empire romain. Pendant les siècles qui suivent, elle est souvent pillée avant de devenir possession du duché de Naxos et des Vénitiens en 1269, pillée par Barberousse en 1537, elle tombe aux mains des turcs à la même période avec les autres îles de Cyclades et le demeurera jusqu'à la guerre d'indépendance de 1821 et la création de l'état grec (proclamée en 1830).

A DECOUVRIR SUR L'ILE DE MILOS :

Sites archéologiques :
- Philokopi : situé à l'extrémité nord est de l'île, les minoens créent cette ville vers 2200 avant J.C, ils y exploitent l'obsidienne, matière volcanique dure et coupante utilisée pour les armes et les outils et la commercialisent dans une partie du bassin méditerranéen. Cette ville aura une activité continue pendant 1000 ans, et ne sera détruite que par les doriens malgré ses remparts cyclopéens. Elle représente un site important de l'ère cycladique, et les fouilles continuelles ne permettent pas l'ouverture du site au public. Les objets divers trouvés pendant les fouilles sont exposés au musée archéologique de Plaka (petite capitale de l'île).
- Musée de Plaka : en plus des objets du site de Philokopi dont la fameuse dame de Philokopi qui date de 1200 avant J.C, le musée abrite les statues hellénistiques et romaines du site antique de Melos (la Milos antique)
- Les catacombes : Elles sont situées au dessus du petit port de Klima et datent des 3ème et 4ème siècles. La ville de l'époque romaine a été christianisée dès les premières années de notre ère et elle est devenue un important centre religieux chrétien. De nombreuses galeries et des caveaux ont été pillées au 19ème siècle. Il reste quelques ruines de la ville antique dont le théâtre (ville détruite par un tremblement de terre au 5ème siècle).

Villages et ports:
- Adamas : Situé au fond d'une baie qui est l'ancien cratère du volcan effondré, le port de l'île Adamas n'était à l'origine, dans les années 1830, qu'un port marchand. Il s'est développé depuis une trentaine d'années avec l'arrivée du tourisme et la construction de quelques hôtels et locations, de restaurants, de cafés, etc... ce qui a amené les habitants de la petite capitale Plaka située sur les hauteurs à s'installer autour du port. Il n'y a pas véritablement de vieux village, hors quelques maisons autour d'une église du 19ème siècle avec quelques icônes crétoises du 17ème, mais Adamas est un point de départ central qui permet de visiter l'île.


- Klima, Foropotamos et Mandrakia : trois charmants petits ports avec leurs « sirmata » garages pour les barques de pêche, à Mandrakia, creusés dans la roche et à Klima avec sur un ou deux étages une petite habitation accessible par un escalier extérieur. C'est un type de construction particulier à l'île de Milos.


- Plaka : la capitale de l'île a été construite comme beaucoup d'anciens villages des îles grecques sur les hauteurs et souvent cachés derrière un promontoire rocheux ou une colline avec un Kastro vénitien en ruines. Les principaux villages de l'île étaient situés là jusqu'au 19ème, les villages sont maintenant presque réunis (Plaka Tripiti, Plakes, Triovassalos et Pera Triovassalos). L'activité de ses villages principalement agricoles est maintenant réduite. La route vers Klima vous permet d'accéder aux ruines de l'antique Melos construite au flan d'une colline par les spartiates (7ème siècle avant J.C) et qui perdurera jusqu'au 5ème siècle. Elle fût détruite par un tremblement de terre (ruines du théâtre antique et des catacombes voir ci-dessus les catacombes).


- Pollonia : ce petit port de pêche situé à l'extrémité nord est de l'île s'est développé depuis 25 ans grâce au tourisme principalement grec. Il possède une belle plage de sable dans une baie abritée. On y trouve de nombreuses locations d'appartements et de studios, quelques tavernes, cafés et épiceries. Du port partent des navettes pour aller visiter à la journée l'île de Kimolos.

Les curiosités naturelles :

La meilleure façon de voir toutes les richesses des côtes de l'île de Milos est de prendre une excursion en caîque afin de faire le tour complet.
L'île est d'origine volcanique et recèle beaucoup de sites particuliers.
- Sarakiniko : des langues et des cônes de tuf blanc qui semblent vouloir rejoindre la mer. Minuscule plage parmi les rochers.
- Papafragkas : eaux bleues sulfureuses 
- Glaronisia : orgues basaltiques
- Mavra Gkremna : eau de mer bouillante à 30cm sous la mer (attention)
- Voudia : vaste cirque d'une mine à ciel ouvert encore exploitée.
- Falaises aux couleurs variées sur la côte sud avec des des rejets de fumerolles sulfureuses parfois.

Les plages: à Milos :
Il y a beaucoup de criques et de plages de sables ou de galets à Milos, il y en aurait autour de 70. Elles sont réparties dans divers endroits autour de l'île et pour les découvrir il est préférable d'avoir un moyen de locomotion.
Les plus connues sont : Tsigrado, Sarakino, Firopotamos, Pollonia, Paléochori, Agia kiriaki, Provatas.

Comment arriver à Milos depuis la France et depuis la Grèce?

- Vols réguliers quotidiens Paris Athènes sur les compagnies Aegean Airlines, Air France puis vols intérieurs Athènes Milos ou ferrys Pirée Milos. 
- Vols charters Paris Athènes (départs de province en saison touristique : Lyon, Nantes, Toulouse, Marseille, Strasbourg, etc...) puis bateaux au départ du Pirée pour le port d'Adamas situé à environ six kilomètres de la capitale Chora situé sur les hauteurs de l'île de Milos.

Différents bateaux possibles suivant les périodes et compagnies maritimes : highspeed ou ferrys.
Nombreux bateaux entre les îles des Cyclades au départ du port d'Adamas pour Sifnos, Kythnos, Sérifos et irrégulier et surtout en très haute saison  pour Santorin, Folegandros, etc... 

Nos possibilités de séjour sur l'île de Milos :
Hôtels de diverses catégories (B, C) situés dans les différents villages balnéaires de l'île : Adamas, Polonia et proche des plages comme Provatas. 
Locations de studios et appartements à Adamas et Polonia.
Location de maisons : non disponible à Milos.


Conditions générales - Mentions Légales - Détours 2014 - Site réalisé par Dare Pixel