Géographie de l'île de Céphalonie (Kefalonia)

L'île de Céphalonie est la plus grande île des îles ioniennes avec une superficie de 782 km². C'est une île assez montagneuse (dont les principaux sommets sont le mont Ainos, qui culmine à 1628 mètres; le mont Dinami, à 1131 mètres; et le mont Xérakias à 1068 mètres). Ces somments permettent à l'île de recevoir beaucoup de pluies l'hiver et d'avoir de petites plaines bien irriguées et riches. C'est une île verdoyante dont les plaines sont couvertes de pins, de lauriers, de cyprès et plantées d'oliviers, de vignes et d'arbres fruitiers. Les hautes montagnes demeurant arides ou couvertes en partie de sapins endémiques. La population (d'environ 28 000 habitants) vit principalement de l'agriculture et de la pêche côtière. Le tourisme s'est développé depuis quinze ans, avec des hôtels principalement sur la côte sud qui possède quelques belles plages. L'aéroport reçoit quelques charters nord européens, le reste de l'île est plus propice aux randonnées et à la découverte grâce à un paysage varié et des eaux cristallines.
Il reste peu de villages traditionnels (sauf le petit port de Fiskardo tout au nord) car le séisme de 1953 qui a ravagé la région n'a pas épargné Céphalonie. Il y a 3 principaux gros bourgs : Argostoli, la capitale au fond d'un golfe profond; Lixouri, sur la presqu'île de Paliki ; et Sami, le port d'arrivée de nombreux ferrys depuis la côte du Péloponnèse et Patras.
L'île de céphalonie est reliée à Athènes par des vols intérieurs 1 à 2 fois par jour suivant la saison.

Mythologie et histoire de l'Île de Céphalonie

Les premiers habitants arrivent sur Céphalonie au paléolithique et plusieurs découvertes d'outils et ustensiles permettent de l'attester, ainsi que des objets de l'âge de pierre (6000 à 2500 ans). Pour les débuts de l'âge du bronze, aucune trace n'a été découverte contrairement à Lefkas et à Ithaque. Les premières découvertes font remonter l'occupation de nouveaux peuples entre 2000 et 1500 avant J.C. Le site de Kokkolata dans la très riche plaine de Livatho, au sud de l'actuelle Argostoli est le seul lieu trouvé actuellement de cette période. Mais il montre qu'il regroupait une population importante qui vivait principalement de l'agriculture. Il semblerait que cette civilisation se soit éteinte vers 1500 avant J.C, ainsi que les relations avec le Péloponnèse et les Cyclades (peut-être suite au cataclysme de Santorin qui a ruiné la civilisation cycladique et minoenne).
Une nouvelle période commence vers 1300 avant J.C (civilisation mycénienne) en relation avec les îles d'Ithaque et de Lefkas (les îles dominées par la dynastie d'Ulysse). C'est vers cette période que s'installent dans l'île des grecs du continent : les Képhallènes, qui donneront leur nom à l'île. Les cités se développent entre 1300 et 1050 avant J.C et la fin de l'époque mycénienne (Kokkolata, Mavrata, Krané et plusieurs autres sites archéologiques).
Avec la chute de la période mycénienne et l'invasion dorienne, l'île de Céphalonie semble ne plus évoluer jusqu'à l'arrivée des corinthiens vers le 7° siècle avant J.C, et une reprise économique sur toute la Grèce dont il reste quelques vestiges : temple dorique de Skala construit au 6° siècle avant J.C. Les quatre principales cités (Krani près d'argostoli, Proni près de Skala, Pali près de Lixouri, Sami) rivalisent entre elles et chacune dresse des murailles afin de se protéger. Chacune désire conserver son indépendance et prône une politique différente. Par exemple pendant les guerres médiques (contre les perses) ou pendant la guerre du Péloponnèse entre Athènes et Spartes, elles s'allient avec l'une ou l'autre des parties.
Les romains envahissent l'île en 187 avant J.C. et seule la cité de Sami lutte contre eux. Les romains occuperont l'île jusqu'au 4° siècle après J.C , la vie économique se développe et beaucoup de romains s'installent sur Céphalonie (il reste encore quelques vestiges de bains et de mosaïques de cette époque à Sami et Skala). Le nouvel Empire Byzantin à partir de 395 trop étendu et sujet à de forts troubles ne lui permettait pas de protéger tous ses territoires, aussi Céphalonie comme beaucoup d'autres îles subit différentes invasions et pillages. Elle fût conquise par les normands en 1185 puis par les italiens à qui elle appartiendra jusqu'en 1478. En 1485 elle fût détruite par les turcs puis appartient aux vénitiens de 1500 à 1797, date à laquelle les révolutionnaires français s'en emparent comme les autres îles ioniennes. Après la brève occupation russe et turque à partir de 1799, elle repassa aux mains des français puis des anglais en 1815. Ils la conserveront jusqu'en 1864 pour la céder à la nouvelle Grèce libre. Comme les autres îles ioniennes, Zante et Lefkas, elle subit le terrible tremblement de terre de 1953.

A découvrir sur l'Île de Céphalonie

  • Argostoli la capitale : la ville détruite en 1953 est faite de bâtiments modernes et elle n'offre pas un grand charme. Il faut y visiter le musée archéologique qui renferme les trouvailles faites dans l'île (fouilles de Kokolata et cimetière de Mazarakata). La bibliothèque abrite des icônes byzantines et des documents sur l'histoire récente de l'île.

 

Sites archéologiques :

  • Le site archéologique de Krani : situé à quelques kilomètres d'Argostoli (à 2km du village de Razata). Cette forteresse de l'époque classique (7° siècle avant J.C) est perdue au milieu des oliviers, la ville faisait partie de la Tétrapolis (les quatre cités de Céphalonie).
  • Tombeaux de Mazaracata : un ensemble de tombes de l'époque mycénienne creusées dans la roche parfois reliées entre elles (près de Kalithra).
  • Mosaïque de Skalas : des fouilles ont mis à jour les ruines d'une villa romaine avec de très belles mosaïques qui datent du 3° siècle.
  • Tombeau de Tzanata : très beau tombeau en voute de style mycénien qui date d'entre 1400 à 1050 avant J.C, la voute en pierre s'est écroulée mais l'ensemble est imposant.

 

Les curiosités naturelles :

  • Les Katovothres, situées à proximité de la pointe de la presqu'île d'Argostoli (péninsule de lassi). Il s'agit de crevasses dans lesquelles l'eau de mer s'engouffre et passe sous les montagnes de l'île avant de réapparaître dans le lac de Mélissani, près de Sami, soit environ 30km plus loin, peu spectaculaire mais c'est un phénomène bizarre qui a été prouvé scientifiquement.
  • Parc du Mont Aenos : la montagne est en partie couverte de sapins verts sombres. Une espèce de chevaux à demi sauvage y vivait mais la race est en voie d'extinction. Une belle vue du sommet sur l'île et sur Ithaque.
  • Lac de Melissami : un lac souterrain avec le point d'arrivée des eaux de mer de Katovothres. Une visite en barque permet de visiter la grotte aux eaux turquoises.
  • Grottes de Drongarati : une grande salle de près de 65 m de long et 20 m de largeur avec des stalagmites et des stalactites, toujours fraîche même au cœur de l'été.

 

Villages et ports typiques :

  • Fiskardo : un petit port aux maisons vénitiennes qui a été épargné par le séisme de 1953, beau comme une carte postale mais de plus en plus visité. Il est conseillé de profiter de la basse ou moyenne saison afin d'en profiter pleinement.
  • Assos : un petit port dans un lieu sauvage et éloigné, qui est maintenant assez connu et visité. La presqu'île de Frounio est surmonté d'un fort vénitien avec de belles vues sur la mer et le village.
  • Kastro agios Georgios : situé à environ 8 km à l'est d'Argostoli près du village de Peratata. Il s'agit d'une forteresse du 13° et 16° siècle , qui fût la capitale de l'île à l'époque vénitienne, entre 1500 et 1757. (Ruines de l'ancienne ville et très belle vue sur l'île).

 

Églises et monastères :

  • Agios Andreas : ce monastère situé près de Peratata (environ 8km à l'est d'Argostoli) possède un musée byzantin, des icônes principalement en provenance de monastères détruits lors du tremblement de terre de 1953 (certaines datent du 15° siècle).
  • Moni Atrou : il s'agit du monastère le plus ancien de l'île avec une tour du Moyen âge.
  • Couvent Agios Gerassimos : un monastère du 16° siècle qui a été reconstruit après 1953, les habitants de Céphalonie vont prier le Saint de l'île, dont les reliques sont conservées sur place (Importants pèlerinages le 16 août et 20 octobre).
  • Agios Kipouraion : ce monastère situé sur la péninsule de Paliki est situé sur une falaise au dessus de la mer.

 

  • Plages : les principales plages à l'exception de Myrtos et Sami sont situées sur la partie sud de l'île.
  • Péninsule de Lassi : Kalimia et Lassi, Makri Yialos
  • Péninsule de Paliki : Megas Lakos, Lepeda et Plage de Xi (sable rouge) au sud de la ville de Lixouri. Platia Amos et Petani sur la côte est de la péninsule après le monastère de Agios Kipouraion.
  • Pointe nord de l'île : plage de Myrto : belle plage de carte postale.
  • Côte sud : Lourdas, Skala, Poros.

 

Découvrez nos voyages pour les Îles Ioniennes


Conditions générales - Mentions Légales - Détours 2014 - Site réalisé par Dare Pixel