Séjour à Chios

Géographie de L'Île de Chio (Chios)

L'Île de Chio est située juste en face des côtes turques (8 km) entre les îles de Lesvos (Mytilène au nord) et l'archipel d'Ikaria Samos au sud. C'est une grande île de 842 km2 en grande partie montagneuse avec 3 sommets dans le nord de l'île à plus de 1000 mètres ( mont Pelineo 1297 mètres, mont Oros 1186 mètres) et plusieurs autour de 800 mètres. Dans la région sud, il y a plus de collines et de vallées propices à la culture. La population d'environ 50 000 habitants vit principalement de l'agriculture, de l'élevage, du commerce maritime (Chio est la patrie de nombreux armateurs grecs avec l'île Inousses à proximité située au nord est) et d'une spécialité mondiale le mastic (environ 300 tonnes par an). C'est une gomme aromatique qui s'écoule à l'automne du tronc des lentisques (petit arbuste d'environ 2 mètres de hauteur) après incision. Cette gomme n'existe que dans cette île et les tentatives pour produire ce type de gommes sur d'autres îles n'a jamais été couronné de succès. Le mastic sert à aromatiser divers produits comme le dentifrice la gomme à mâcher, l'ouzos, le rakis, des sirops, les confitures, les loukoums, etc... Dans l'ensemble l'île est assez verdoyante, car les montagnes du nord et du centre de l'île sont bien arrosés l'hiver. La campagne est planté d'oliviers, d'orangers, de citronniers, de grenadiers, de muriers ainsi que de cyprès, les collines et petites plaines côtières sont fertiles et produisent tabac, vins, coton, fruits et légumes.
La vie se concentre sur la côte est où se trouve la capitale de l'île Hios (ou Chora) et la région sud est qui est la plus riche en cultures. L'architecture des petits villages qui sont soit moyenâgeux comme dans les montagnes des mastichochoria soit du 18 et 19ème avec ses maisons de style vénitien et génois dans la vallée du Kambos, commencent a être réhabilités. Il y a à Chios quelques monastères célèbres dans toute la Grèce. Les villes martyrs des massacres du 19ème siècle, mais aussi la douceur de son climat, son authenticité font de Chio une île qui plait aux grecs qui viennent tous les étés en famille malgré la mauvaise impression que peut donner la capitale (bruit, constructions anarchiques et manque de charme). Elle conviendra à des personnes qui aiment la vie traditionnelle grecque et désirent voir une autre Grèce.
Anecdotique, l'île de Chios se vante d'être celle qui a vu naître Homère, mais elle n'est pas la seule ville de Grèce et de l'Ionie à se prévaloir de ce fait, alors plusieurs Homère? Son existence n'est pas prouvée et il y eu sans doute plusieurs aèdes de l'Iliade et de l'Odyssée ainsi que plusieurs conteurs et poètes pour écrire l'histoire et la modeler. Il est écrit dans l'un des vers homériques qu'Homère est un aveugle qui vît sur l'île de Chio la rocailleuse, de là à extrapoler qu'il y est né...

Histoire de l'Île de Chio

Aucune fouille systématique a été faite sur l'île qui aurait permis de connaître le lointain passé de Chio. Quelques habitats du néolithique (4000 ans avant J.C) ainsi que des habitats plus récents 3000 à 2000 avant J.C démontrent que l'île de Chio a commencé son développement relativement tôt. L'île est dénommée à cette période Makri et Pityoussa. Les peuples ioniens qui s'installèrent sur les côtes d'Asie mineure envahirent Chio vers le 8ème siècle avant J.C et créèrent la ville de Chio qui est demeurée la capitale de l'île depuis ces temps reculés. La situation de l'île permit le développement du commerce avec la côte de l'Asie toute proche, les villes antiques du nord de la Grèce, Rhodes, la Crète, Chypre et même l'Égypte. Ceci a entrainé avec une stabilité politique, un mouvement philosophique et scientifique. Le 6eme siècle avant J.C fût l'age d'or de l'île de Chios. Cette vie d'apparence tranquille fût bousculée par la révolte des cités grecques de la confédération ionienne en 499 et l'invasion perse en - 494 / - 493 qui signe le début des guerres médiques. Après la défaite des perses à la bataille navale de Salamine et la fin des guerres médiques, l'île fait partie de la ligue de Délos dominée par Athènes. En – 412, elle fait défection à Athènes qui envoie une armée. Celle-ci ravage l'île mais la ville ne tombe pas et Athènes est obligée de lever son siège car elle est menacée par ailleurs en Égée. Athènes se vengera plus tard en - 357. Chios sera ensuite dominé par les macédoniens (- 201) et la prise de pouvoir de Philippe II qui dirige presque toute la Grèce. Son fils, Alexandre le grand, partira à la conquête de l'empire perse. Après la fin d'Alexandre et le partage de son empire, les îles grecques passent par une période d'incertitude avant que les romains s'emparent de toute la Grèce et installent la domination de leur empire sur toute la partie orientale de la méditerranée. Après la séparation de l'empire romain en empire d'orient et d'occident, comme toutes iles îles grecques, Chio devient membre à part entière de l'empire byzantin. Cet empire subit diverses vicissitudes car suivant les empereurs il passe par des périodes d'expansion puis d'importantes pertes territoriales mais aussi diverses incursions de pirates. Elle passe sous une domination génoise temporaire en 1304 puis définitive en 1344 et connait une nouvelle période de prospérité économique. Elle est envahit par les turcs en 1566 et restera sous leur domination jusqu'au début du 20ème siècle.
En effet lors de la guerre d'indépendance qui commence en 1821, les habitants de Chio se révoltent. En 1822, des grecs de Samos viennent pour libérer l'île et attaquent les turcs retranchés dans la forteresse du kastro. En représailles, les turcs envoient une flotte assiéger et bombarder l'île. Les turcs brulent 40 villages, exécutent 25 000 personnes et en emprisonnent 50 000. C'est ce massacre de Chio qui sera peint par Delacroix (voir au musée du Louvre). L'île de chio demeure donc sous la domination turque et subit un autre drame pendant cette période avec un puissant tremblement de terre en 1881 qui finit de détruire beaucoup de monuments anciens. Aussi de 1822 à 1912, l'île beaucoup moins peuplée et appauvrie végète. Elle n'obtiendra son rattachement à la Grèce qu'après la guerre balkanique (Grèce, Bulgarie, Monténégro contre la Turquie en 1912). Cet ensemble de faits explique que, à part quelques villages de l'intérieur qui ont été restaurée, et les villages isolés des mastichokoria les gros bourgs de l'île et la capitale Chio ne présentent pas un caractère typique et des bâtiments de charme.

A découvrir sur l'Île de Chio

  • Ville de Chio : capitale de l'île, cette ville est moderne et sans charme particulier. Elle a subit trop de ravages et il ne reste rien des siècles passés hors le Kastro construit à l'époque byzantine, remanié par les génois puis par les turcs. C'est là que se tenait l'armée turque, il reste encore quelques ruines du quartier et du palais des Giustiniani, les génois maitres de l'île pendant deux siècles, comme le mausolée de l'amiral turc Kara ali qui ordonna les massacres de Chio en 1822. Il reste également une petite église byzantine.
  • A voir aussi les restes de la basilique paléochrétienne Agios Isodoros (pavement de mosaïque du 7ème siècle, musée Justiniani). Un petit musée contient les trouvailles archéologiques faites sur l'île, un autre une collection d'art populaire (musée Philip Argenti).
  • Il ne faut pas s'arrêter à cette impression peu enthousiasmante de la capitale, car l'île a beaucoup de paysages, de vieux villages et de traditions qui permettent de passer des vacances de qualité.

 

Les vieux villages :

  • Les mastikochoria (villages du mastic) : Le sud de l'île de Chios est parsemé de villages médiévaux crées entre les 14 et 15ème siècles. Ces vieux villages sont fortifiés depuis l'époque génoise afin de se protéger des invasions des pirates et garder les productions de mastic à l'abri car ce commerce était important pour économie de l'île. Ces villages ont subi des dommages lors du tremblement de terre de 1881 mais plusieurs ont été réhabilités. En général les murs extérieurs des maisons serrées les unes à coté des autres servaient de muraille et les ruelles en dédale étaient destinées à égarer les assaillants en cas d'invasion mais aussi à se protéger des vents violents. Les villages de Pyrghi avec ses maisons aux façades décorées de dessins géométriques (les xysta), ceux de Mesta, Vessa et Olympoi sont de véritables merveilles architecturales.
  • Avgonyma : village proche du monastère de Néa Moni est un joli bourg à l'architecture moins labyrinthique que Mesta (dans les mastikochoria) mais les demeures sont plus belles et beaucoup de maisons ont été restaurées avec au centre une belle tour médiévale.
  • Anavatos : situé à 4 km de Avgonyma, au flan d'une montagne rocheuse, ce village est resté inchangé depuis les terribles massacres du 19ème siècle, quelques maisons sont actuellement réhabilitées. Ce lieu est celui d'un drame qui a eut lieu pendant la guerre de 1822, ici 400 grecs ont préféré sauter de la falaise au dessus du village choisissant le suicide plutôt que de mourir des mains des turcs.
  • Plaine de Kampos : Une plaine riche, fertile, couverte d'orangers, de citronniers, de mandariniers, s'étend au sud de la ville de Chio, traversée de nombreux chemins qui longent de hauts murs. Ceux-ci cachent des propriétés patriciennes avec une forte influence génoise qui datent du 18ème et du début 19ème siècles. Elles ont été détruites en partie lors du tremblement de terre de 1881, certaines sont restaurées depuis quelques années et reprennent vie.
  • Tours médiévales : au sud de Pyrghi à dotia, la pierre d'Homère au nord de Vrontados est le lieu où la légende dit qu'Homère venait chanter ses poèmes.
  • Île de Psara : il n'a plus que 350 habitants sur cette petite île dont tous les habitants ont été massacrés lors de la guerre de 1822.
  • Volissos : ce village du nord ouest de l'île était un centre important à l'époque byzantine puis génoise, il reste peu de choses de la muraille fortifiée, quelques vieilles maisons de pierre sont restaurées.

 

Les monastères

  • Moni Moundon
  • Néa moni : situé au centre de l'île près du mont Provateion, dans un vallon boisé. Il est ceint d'un mur, l'édifice a été peu modifié depuis le milieu du 11ème siècle (édifié sur les ordres de l'empereur byzantin Constantin IX à partir de 1042). Lors la répression turque de 1822 les moines ont été exécutés, l'église pillée, les manuscrits dispersés dans le monde entier. Ceux-ci entretient la ferveur des grecs vis à vis de ce monastère. Les mosaïques de Néa Moni du byzantin moyen (du 11ème siècle) sont originales et très colorées.

 

Les églises byzantines

  • Aghioi Apostoli : Elle est située au centre du village de Pyrghi, les coupoles datent du 13ème siècle et les fresques du 18ème.
  • Panagia tis Krinas : Eglise proche du village de Vavyloi, construite au 12 et 13ème siècle, elle possède 3 couches de peintures murales.
  • Panaghia tis sikilias : bâtie sur une colline près d'une tour médiévale du 13ème siècle près du village de Kallimassia.
  • Aghios Ionanis Argentis : église byzantine du 14ème siècle avec de belles peintures murales située à 15km de Chio près du village de Katarraktis.

 

Les plages

  • Plage de galets noirs d'Emborio au pied de falaises brunes
  • Plage de sable de Komi et de Karfas à proximité de Chio,
  • Plages de sable autour de Volissos (Managros)
  • Criques de galets entre Vessa et Sidirounda, criques de sable de Fana et Didyma.

 

Découvrez nos voyages dans les Îles du Nord-Est


Conditions générales - Mentions Légales - Détours 2014 - Site réalisé par Dare Pixel