GUIDE TOURISTIQUE A DESTINATION DES ILES GRECQUES : VOYAGE SUR L'ILE DE CRETE

Photo de la Crète en Grèce

  circuit organisé visite de la Crète

  autotour découverte de la Crète

 Séjours en Crète


La Crète est très étendue (4ème île de la méditerranée), à l'échelle d'un petit pays comme la Grèce, elle est presque un continent. Longue de 260 kilomètres et large de parfois seulement 12 kilomètres, on y trouve de hautes chaînes de montagnes qui culminent à plus de 2400 mètres et de belles vallées verdoyantes. Elle offre un choix étendue d'activités de plaisirs variés qui permettent de satisfaire tous les goûts.

L'île de Crète possède un passé riche du fait de multiples civilisations qui s'y sont épanouies de la période minoenne à partir de 2500 ans avant JC puis les périodes classique, grecque, byzantine, vénitienne, ottomane et turque avant d'arriver aux temps modernes de l'indépendance en 1998 et au rattachement à la Grèce en 1913.

L'île est riche surtout en produits agricoles oliveraies, vignes, productions fruitières et maraîchères. L'activité touristique est une part importante des ressources de l'île qui c'est surtout développée dans la zone nord, beaucoup plus facile d'accès grâce à son réseau routier et à de belles plages de sable réparties sur une grande partie de cette côte. 
Suivant les pôles d'intérêt voici un bref aperçu de ce qu'il faut voir lors de votre séjour en Crète : 

Le site archéologique de Knossos, site occupé depuis la période néolithique, est l'archétype du site de l'époque minoenne reconstruit en partie par Sir Arthur Evans. Vous pourrez avoir une idée précise du site de Knossos et du labyrinthe que constituait ce palais. 
Parmi les principaux autres sites à découvrir, il y a Phaistos, Agia Triada, Malia, Kato-Zakro, Gournia, Arhanes, Gortyns. 

Les musées :
Le musée archéologique d'Héraklion regroupe la majeure partie des résultats des fouilles des sites de la Crète. Ce musée est d'une richesse incomparable sur la civilisation Minoenne. Il y a aussi les autres musées d'Héraklion, historique, d'art religieux et les musées archéologiques d'Agios Nikolaos, de Chania (La Canée) et de Réthymnon. 

Les sites naturels :
Evidemment, les deux plus connus sont les gorges de Samaria, grande randonnée de 17 kilomètres dans le lit d'un torrent presqu'à sec d'avril à septembre, et le plateau de Lassithi, grande plaine entourée de pics et autrefois irriguée grâce à des éoliennes. 
Les amateurs seront ravis par tous les paysages que l'on peut découvrir en Crète avec ses petites vallées aux pieds de montagnes majestueuses, principalement au printemps lorsque les mimosas et les bougainvilliers sont en fleurs, ainsi que toutes la flore locale.
Les petits villages et ports de pêche sont très nombreux et il est donc difficile d'en favoriser un plutôt qu'un autre. Le plaisir de trouver où pouvoir se restaurer sous la treille ou devant la mer doit être laissé à chacun comme celui de goûter à la cuisine crétoise et au fameux « régime crétois ».

Les édifices religieux, les églises et monastères byzantins sont très nombreux en Crète. D'Arkadi, symbole de la liberté crétoise où les derniers résistants et leurs femmes préfèrent se faire exploser sur des barils de poudre plutôt que de se rendre, à ceux de Toplou, Agios Pandeleimon près de Kastelli ou Préveli, etc... 

Ne pas oublier les nombreuses randonnées pédestres possibles (attention à être bien équipé et avoir de préférence un guide) comme à Therissos, Zakros, etc... Vous pourrez trouver les petites stations balnéaires de Paleochora et de la côte sud vers Plakias et Frangokastello.
N'oubliez pas les visites insolites comme l'île de Spinalonga ou de Gadvos...

Les grandes villes de Rethymnon et de Chania (La Canée) ont chacune une vieille ville ottomane et vénitienne avec leurs ruelles et maisons du 18 et 19ème siècles ainsi que quelques minarets qui offrent une belle alternative de promenade.

Les plages : 
Elles sont très nombreuses sur la côte nord parfois assez longues comme à Georgioupolis et Malia, souvent elles sont plus petites et ne font que quelques centaines de mètres de long tout au plus mais la plupart bordent une mer limpide et chaude de juin à octobre et plus fraîche en mai. 

 Histoire et visite de la Crète région Héraklion

La grande île de Crète est habitée depuis le néolithique (environ 7 000 ans avant J.C), civilisation pastorale et agricole qui s’épanouit grâce à des terres riches d’alluvion où l’eau pluviale ne manque pas. Cette civilisation change au cours du 3eme millénaire soit en raison d’un apport nouveau d’un peuple d’Asie mineure, soit par un essor de la culture autochtone. Une nouvelle civilisation se développe rapidement et donne naissance à la puissante civilisation minoenne qui prospérera sur l’île de Crète de 2700 à 1100 avant J.C.  4 périodes ont été répertoriées afin de définir cette époque minoenne dont le nom est d’après le roi mythique Minos. (Voir l’histoire mythique crétoise et grecque : dont l’origine remonte à Zeus qui enlève Europe en se déguisant en taureau, le roi Minos, la reine Pasiphaé, le minotaure, fils de la reine Pasiphaé et de Poséidon encore déguisée en taureau, Ariane et Thésée, mais aussi Dédale et son fils Icare). Cette civilisation dominée pendant les dernières décennies par les mycéniens, s’écroule définitivement vers 1000 avant J.C, la crête semble s’endormir pendant des siècles et ne réapparait qu’avec la conquête romaine période de développement agricole et de la ville de Gortyne au sud de l’île et au-dessus de la vallée fertile de la messara. L’île sera ensuite partie intégrante de l’empire byzantin puis des génois et des vénitiens mais aussi des turcs ottoman. La Crète ne sera libérée qu’après de multiples révoltes au 19eme siècle particulièrement et des massacres importants qui ont marqué ce peuple fier (voir les livres de Nikos Kazantzakis, un des écrivains crétois les plus célèbres).

La capitale Héraklion est une ville moderne d’où partent les principales routes permettant de visiter l’île, mais les distances étant assez importantes nous conseillons d’effectuer quelques escales comme Réthymnon, Chania et agios nikolaos afin de découvrir chaque partie de l’île sans parcourir des distances trop importantes. 

 Héraklion : Cette ville n’était à l’époque antique qu’un petit port négligeable, elle ne rend son essor qu’à partir de la conquête arabe en 823 qui construisent et fortifient tout un ensemble et nomme cette ville Khandak. Elle deviendra Candia avec l’installation des vénitiens en 1204, reprise par les ottomans après un siège de 21 ans en 1669, elle ne sera plus qu’un petit bourg fortifié du nom de mégalo kastro jusqu’à l’indépendance et sera nommée Héraklion (du nom du héros grec Héraclès) en 1913.  la ville possède peut de vestiges anciens digne de ce nom hors les fortifications vénitiennes, le vieux port et l’arsenal, la loggia au centre de la ville et la fontaine Morosini, cette ville est par contre incontournable afin de visiter le musée archéologique qui renferme toutes les découvertes faites sur l’île concernant la civilisation minoenne, statuettes, orfèvrerie, sceaux en albâtres, sarcophages, peintures murales, pièces en bronze  etc…. un ensemble exhaustif de cette civilisation et qui n’est visible que dans ce musée.

La région d’Héraklion :

Le site de Cnossos : même si il a été retravaillé par Arthur Evans son découvreur, le site immense  permet de comprendre la signification du labyrinthe avec ses étages, ses escaliers, ses puits de lumière, ses égouts, un raffinement  quasiment inégalé à l’époque.

Au sud de Héraklion : au-dessus de la plaine de la messara vous pourrez visiter le site minoen de Phaistos et celui d’Agia Triada, le site de l’époque romaine de Gortyne.

Sur la côte nord est le palais de Malia mérite lui aussi une visite, situé à proximité de la mer, le lieu est aussi propice à la baignade grâce à quelques belles plages de sable.

Dans les montagnes de la région d’Héraklion quelques villages méritent une visite parmi lesquels Zaros et les nombreux monastères alentour : vrondissi, agios nikolaos, Valsamonero,

Le village de Vori et les monastères de Kalyvianis kardiotissas,

 Anogia et Axos, le monastère de Savathianon et agios Pantelenion,

Sur toutes les cotes  des plages et criques de sable permettent de profiter aux beaux jours des plaisirs de la mer : Matala, Kalamaki lentas tymbaki au sud, Agia pelagia et Bali au nord-ouest d’Heraklion, Amnisos, Kokkini Hani, Hersonisos, Malia au nord-est d’Heraklion.

 Histoire et visite de la Crète région Réthymnon

La grande île de Crète est habitée depuis le néolithique (environ 7 000 ans avant J.C), civilisation pastorale et agricole qui s’épanouit grâce à des terres riches d’alluvion où l’eau pluviale ne manque pas. Cette civilisation change au cours du 3eme millénaire soit en raison d’un apport nouveau d’un peuple d’Asie mineure, soit par un essor de la culture autochtone. Une nouvelle civilisation se développe rapidement et donne naissance à la puissante civilisation minoenne qui prospérera sur l’île de Crète de 2700 à 1100 avant J.C.  4 périodes ont été répertoriées afin de définir cette époque minoenne dont le nom est d’après le roi mythique Minos. (Voir l’histoire mythique crétoise et grecque : dont l’origine remonte à Zeus qui enlève Europe en se déguisant en taureau, le roi Minos, la reine Pasiphaé, le minotaure, fils de la reine Pasiphaé et de Poséidon encore déguisée en taureau, Ariane et Thésée, mais aussi Dédale et son fils Icare). Cette civilisation dominée pendant les dernières décennies par les mycéniens, s’écroule définitivement vers 1000 avant J.C, la crête semble s’endormir pendant des siècles et ne réapparait qu’avec la conquête romaine période de développement agricole et de la ville de Gortyne au sud de l’île et au-dessus de la vallée fertile de la messara. L’île sera ensuite partie intégrante de l’empire byzantin puis des génois et des vénitiens mais aussi des turcs ottoman. La Crète ne sera libérée qu’après de multiples révoltes au 19eme siècle particulièrement et des massacres importants qui ont marqué ce peuple fier (voir les livres de Nikos Kazantzakis, un des écrivains crétois les plus célèbres).

La capitale Héraklion est une ville moderne d’où partent les principales routes permettant de visiter l’île, mais les distances étant assez importantes nous conseillons d’effectuer quelques escales comme Réthymnon, Chania et agios nikolaos afin de découvrir chaque partie de l’île sans parcourir des distances trop importantes. 

La région de Réthymnon :

La ville de Réthymnon est une petite ville moyenne, un centre commerçant pour tous les petits villages et agriculteurs de la région, de plus, elle est dotée d’une université ce qui lui permet d’avoir une animation quasi régulière tout au long de l’année. La ville c’est particulièrement développée depuis les 30 dernières années, la vieille ville est donc entourée de constructions nouvelles, il faut passer outre ce premier aperçu afin de découvrir le cœur de la ville ancienne avec ses ruelles aux maisons vénitiennes et ottomanes aux balcons de bois à encorbellement « les Xostegos », son vieux minaret, ses petites églises byzantines, ses vieilles échoppes qui vendent des produits hétéroclites. En soirée, la grande artère qui longe le vieux port et la plage ainsi que les petites ruelles s’animent, bars, restaurants, tavernes, cafés avec chanteurs de rébétiko et chants locaux permettent de retrouver une ambiance typiquement crétoise.

A découvrir à Réthymnon : parcourir la vieille ville avec ses maisons vénitiennes et ottomanes qui est située entre la mer la forteresse vénitienne et la mosquée KARA Moussa : la fontaine Rimondi, la loggia, la mosquée Nerantzes, le vieux port et la forteresse, le musée archéologique la mosquée Kara Moussa pacha. Vous pourrez éventuellement profiter de la plage de Réthymnon qui s’étend  à partir du vieux port sur plusieurs kilomètres (vers des hôtels balnéaires)

A découvrir dans la région de Réthymnon : cette région possède peu de vestiges archéologiques, elle est plutôt une région montagneuse avec de belles vallées, des villages agricoles où la vie s’écoule au rythme crétois avec son accueil traditionnel, ses petites tavernes où vous pourrez déguster des mets locaux et faire de belles randonnées dans une nature encore intacte.

Le monastère d’Arkadi : haut lieu de la résistance crétoise ce vieux monastère dont les origines remontent  à 1538  fût l’objet d’une résistance acharnée en 1866, l’armée turque  de 15 000 hommes

  Histoire et visite de la Crète région de Chania (la Canée)

La grande île de Crète est habitée depuis le néolithique (environ 7 000 ans avant J.C), civilisation pastorale et agricole qui s’épanouit grâce à des terres riches d’alluvion où l’eau pluviale ne manque pas. Cette civilisation change au cours du 3eme millénaire soit en raison d’un apport nouveau d’un peuple d’Asie mineure, soit par un essor de la culture autochtone. Une nouvelle civilisation se développe rapidement et donne naissance à la puissante civilisation minoenne qui prospérera sur l’île de Crète de 2700 à 1100 avant J.C.  4 périodes ont été répertoriées afin de définir cette époque minoenne dont le nom est d’après le roi mythique Minos. (Voir l’histoire mythique crétoise et grecque : dont l’origine remonte à Zeus qui enlève Europe en se déguisant en taureau, le roi Minos, la reine Pasiphaé, le minotaure, fils de la reine Pasiphaé et de Poséidon encore déguisée en taureau, Ariane et Thésée, mais aussi Dédale et son fils Icare). Cette civilisation dominée pendant les dernières décennies par les mycéniens, s’écroule définitivement vers 1000 avant J.C, la crête semble s’endormir pendant des siècles et ne réapparait qu’avec la conquête romaine période de développement agricole et de la ville de Gortyne au sud de l’île et au-dessus de la vallée fertile de la messara. L’île sera ensuite partie intégrante de l’empire byzantin puis des génois et des vénitiens mais aussi des turcs ottoman. La Crète ne sera libérée qu’après de multiples révoltes au 19eme siècle particulièrement et des massacres importants qui ont marqué ce peuple fier (voir les livres de Nikos Kazantzakis, un des écrivains crétois les plus célèbres).

La capitale Héraklion est une ville moderne d’où partent les principales routes permettant de visiter l’île, mais les distances étant assez importantes nous conseillons d’effectuer quelques escales comme Réthymnon, Chania et agios nikolaos afin de découvrir chaque partie de l’île sans parcourir des distances trop importantes. 

La région de Chania :

La ville de Chania c’est comme les 2 autres grandes villes (Réthymnon et Héraklion) beaucoup développée au cours des 30 dernières années, mais son cœur de vieille ville demeurée presque intact est un ensemble architectural de belle facture. Alors, ne vous fiez pas au premier aperçu de cette ville étendue et tentaculaire, osez découvrir son centre-ville vénitien et ottoman protégé par ses remparts autour du vieux port (quartiers Topanas, Hevraki, Chionès et Kastelli) même s’il est devenu hyper touristique mérite plus que quelques petites heures de balade rapide. Cette ancienne ville déjà existante au néolithique (3000 ans avant J.C) puis devenu Kydonia, palais minoen, puis bourg byzantin avec sa forteresse et ses églises, génoise et vénitienne entre 1252 et 1645, turc entre 1645 et 1898 date de l’indépendance de l’île puis son rattachement à la Grèce en 1913 (il y a 1 siècle seulement) déjà indépendante depuis 1832, mérite que l’on s’y attache, surtout qu’elle est un point de départ intéressant pour la découverte de la région.

Découvrir la région de Chania :

La péninsule d’Akrotiri : cette péninsule située au nord de Chania est connue pour plusieurs raisons, elle recèle quelques monastères réputés : gouverneto, Katoliko et Agia triada, mais aussi la tombe  du héros de l’indépendance crétoise : Eleftherios Venizélos qui est né à Chania en 1864, c’est aussi qu’une partie du célèbre film Zorba le grec fût tourné sur la plage du petit port de Stavros au nord-ouest de la presqu’ile. Quelques belles criques de sable sur la côte ouest de la péninsule particulièrement.

L’est de Chania : De chania vous longerez la baie de Souda qui est simplement un port en eaux profondes, puis vous pourrez visiter des petits villages (Kalyves, Vamos) mais aussi un site archéologique intéressant comme Aptera (ruines minoennes et romaines et un monastère byzantin du 12eme), une église près de Samonas (agios Nikoalaos Kyriakoselia qui est une des plus belle de Crete)  à découvrir également près de Vrysses l’église d’Alikambos qui contient des fresques de 1315 et l’église de Maza à proximité de Alikambos de la même période, mais aussi la belle plage de Georgioupolis près du village et petit port du même nom.

Kolymbari,  Kastelli, falassarna : la région à l’ouest de Chania est assez sauvage, elle possède deux péninsules inhabitées : les presqu’îles de  Rhodopos et de Gramvoussa, l’nterieur de cette partie de la Crète est surtout agricole et pastorale avec quelques vieux villages traditionnels dont un particulièrement est considérée comme un village écologique : Milia. Quelques monastères à visiter  Odigitrias (après Kastelli) Chryssoskalitissia près d’Elafonissi, quelques églises pittoresques (Agios Georgios village de Sklavopoula) mais aussi de belles plages de sable (paleochora, falassarna, gramvoussa, sfinari) et de gros sable sur la côte nord entre Chania et Kissamos. Le village de Paléochora tout au sud de l’île possède une belle plage de sable, il est devenu assez touristique malgré l’éloignement et un temps de route assez long pour l’atteindre.

Les gorges de Samaria : un ensemble majestueux de gorges sur  16 km avec parfois des parois de 300m de haut et jusqu’à 3 m de large. Une longue balade à faire avec un bon équipement (chaussures de marche, eau, protection contre le soleil) et un départ matinal afin d’éviter les grosses chaleurs et avoir le temps nécessaire pour effectuer le parcours. Bien sûr, vous ne serez pas seul car c’est un des temples du tourisme moderne. Le site est fermé l’hier et lors de pluies (se renseigner avant votre départ).  Après les gorges de Samaria vous pourrez atteindre le petit port de Hora Sfakion et sa belle plage de  sable, ce village peut devenir un petit lieu de villégiature simple comme également le petit village de Frangokastello ou le village un peu perdu hors du temps de Sougia ou celui de Loutro.



Comment arriver en Crète depuis la France et depuis la Grèce?

- Vols réguliers quotidiens Paris Athènes, vols quotidiens Aegean Airlines, Air France, puis vols intérieurs Athènes - Héraklion sur Aegean Airlines ou vols directs Paris Heraklion sur Aegean airlines
- Vols charters Paris - Héraklion, Lyon - Héraklion, Nantes - Héraklion, Rennes - Heraklion, Brest - Heraklion, Marseille - Héraklion, Nice - Héraklion, Bordeaux - Héraklion Toulouse - Héraklion, Lille - Héraklion, Metz - Héraklion, Mulhouse - Héraklion.
.
- Vol Paris - Héraklion direct sur la compagnie low-cost française Transavia.

Depuis le port du Pirée : ferry ou bateau rapide Pirée - Héraklion.

Nos possibilités de séjour en Crète :
- Hôtels de diverses catégories (luxe, A, B, C) situés dans les différents villages de Crète (Chania, Rethymnon, Gouves, Héraklion, Agios Nikoalos, Elounda, Plakia, Paleochora, Frangokastello, etc...).
Locations de studios et appartements : voir notre site internet www.detoursengrece.com/catalogue à la rubrique Grèce puis Crète puis différentes locations classées dans chaque région de la Crète.
Location de maisons : nombreux choix de villas en Crète : voir notre site internet www.detoursengrece.com/catalogue à la rubrique Grèce puis Crète puis différentes locations classées dans chaque région de la Crète.
 

Conditions générales - Mentions Légales - Détours 2014 - Site réalisé par Dare Pixel