Visite de la Macédoine avec notre fiche touristique      

                              circuit au départ de thessalonique  Autotour au départ de Thessalonique       Séjour en Halkidiki, la Chalkidique

GUIDE TOURISTIQUE A DESTINATION DE LA GRECE CONTINENTALE : VOYAGE DANS LA MACEDOINE

Après Volos et la région du Pélion aux magnifiques montagnes verdoyantes (le verger de la Grèce), aux splendides villages traditionnels et aux plages de sables, s'étend une grande zone côtière où s'étalent des villages et de longues plages de sable (Platamonas, Leptokaria, Litohorou) avant d'arriver à la grande ville régionale de Thessalonique.
Il faut visiter : 
- Les petits villages aux maisons patriciennes du Pelion et d'Ambelakia.
- Les sites archéologiques de Dion, les tombes royales de Philippe de Macédoine (père d'Alexandre le Grand) et la vieille ville de Philippes qui vit passer St Paul. 
- Thessalonique la grande ville commerçante qui possède un très beau musée et de nombreuses églises et les vestiges de la ville byzantine.
- La Chalcidique, deux des trois doigts de cette région, offre de belles plages pour des séjours balnéaires de qualité et le troisième le mont Athos est une montagne sainte couverte de monastères accrochés à la montagne.
- L'est de Thessalonique jusqu'à la frontière turque est une région beaucoup moins touristique qui garde une vie traditionnelle importante (Komotini, Xanthi, Abdere) ainsi que des parcs naturels (delta de l'Evros, forêt de Dadia).

 Histoire et visite de Thessalonique

Cette ville dont la construction date de l’époque macédonienne,  fût construite sur les ordres de Cassandre de Macédoine  en 315 avant J.C en l’honneur de sa femme Thessaloniké fille de Philippe 2 de Macédoine, père d’Alexandre le Grand. Les romains en prennent possession en 168 avant J.C, c’est depuis cette époque un port important, la construction de Constantinople en 324 donne un coup d’arrêt à son développement, mais avec la création de l’empire byzantin, Thessalonique poursuit sa croissance et devient un des principaux ports du nord de l’Egée. Les remparts, les églises, basiliques couvrent la ville avant qu’elle ne soit détruite par  les invasions des huns et slaves an 10eme siècle. Elle devient ensuite un domaine des latins, puis retombe sous la coupe byzantine, avant d’être possession turque en 1430 et porter le nom de Salonique. Les églises sont transformées en mosquées. Au début du 20eme elle compte 120 000 habitants lorsqu’elle est détruite par un immense incendie (1917), elle avait été préalablement conquise par les grecs en 1912, elle fait donc partie de l’état grec que depuis un siècle seulement. Elle n’est redevenue un port très important que depuis les années 1990 car avec la chute des régimes communistes voisins (Yougoslavie, Roumanie, Bulgarie etc…) le commerce régional a recommencé à se développer.

A découvrir : Depuis quelques années, l’ouverture de travaux importants dans la ville basse (routes, immeubles etc…) a permis de mettre à jour de nombreux vestiges de l’époque romaine. Ceux-ci sont maintenant visibles dont les ruines de l’agora romaine, de la voie pavée Egnatia, etc…

De nombreuses églises byzantines construites en le 5eme et le 16eme recèlent de nombreuses fresques et mosaïques : Agios Georgios Agios Panteleimon, Panagia Achiropitos,  Agios Dimitrios principalement.

Dans la partie haute de la ville en grande partie encore entourée de ces remparts byzantins construits entre le 5eme et 15eme, la vieille ville conserve encore ces maisons traditionnelles avec encorbellement et façades encore colorées, quelques églises sont aussi visibles dans cette partie de la ville, Agii Apostoli, Agia Ekaterini, Prophitis Ilias etc…

Les musées byzantins, archéologique et d’art moderne permettent de comprendre cette ville moderne, vivante,  avec une importante université qui en fait un lieu de vie en effervescence constante, bars,  restaurants, tavernes sont nombreux et proposent une nourriture typiquement grecque.

Visite  Edessa,  Site de Pella.

La petite ville d’Edessa est  la capitale du département de Pella, elle est construite à l’emplacement de la ville antique d'Emathie. Son occupation est continue depuis l’époque antique mais il ne reste que peu de vestiges archéologiques   Elle s'appelait  Bodena  mais en 1930, elle a été renommée par le gouvernement grec afin de revenir au nom original de la ville puisque, le nom Edessa avait été utilisé au 14eme siècle par l’empereur byzantin Jean VI Cantacuzène lors du siège de cette ville. Construite aux abords d’une falaise, elle est connue dans l'ensemble de la Grèce pour ses chutes d'eau impressionnantes.

 La ville actuelle conserve de l’occupation ottomane un quartier ancien( Varosi) qui mérite une visite, vieilles demeures, ruelles pavées et anciennes églises (Koimisis fresques du 14eme), ainsi qu’un petit musée ethnologique, ses chutes d’eau  de 25 m avec au pied des chutes le site antique de la ville, son ombrage et sa fraicheur attirent les grecs principalement lors des périodes caniculaires. Elle est un bon point d’escale afin de visiter le site de Pella.

Pella : l’ancienne capitale macédonienne était établie au bord de la mer, mais les alluvions des fleuves Aliakmon Axios et Loudias ont éloigné la cote qui est maintenant à 23km. La ville construite à la fin du 5eme siècle avant J.C a détrôné l’ancienne capital Aigai, c’est dans cette nouvelle capitale que grandira Phillipe2 qui s’imposera dans toute la Grèce, mais aussi Alexandre le Grand qui conquerra une grande partie de l’Asie mineure. Il ne reste que peu de choses du site lui-même, les ruines des thermes, d’une palestre, des boutiques autour de l’agora, mais les mosaïques particulièrement celles de la maison de Dionysos du 4eme siècle avant J.C sont très bien conservées. Un musée archéologique conserve les mosaïques, les statuettes etc. qui ont été trouvées sur le site.

Visite région de Vergina et Véria

Les petites villes de Verginia et de Veria  étaient surtout des villages agricoles entourés de vignobles, au pied des monts Piera, les fouilles et les découvertes effectuées depuis 40 ans ont permis de redonner un lustre certain à cette région.

Dans l’antiquité l’ancienne ville portait le nom de AIGAI est devait être une résidence des rois macédoniens (7eme au 4eme siècle avant J.C).  Puis la capitale du royaume macédonien fut transférée à Pella, la ville continua et devint surtout un lieu de nécropoles pour les rois et dignitaires. Les pillages des gaulois au 3eme siècle avant J.C, puis en 168 avant J.C l’arrivée des romains sonna la fin de la ville, pillée, rasée, incendiée, elle disparut de la mémoire jusqu’à l’arrivée des grecs d’Asie mineure après « la grande catastrophe » de 1922 qui s’y installèrent et créèrent la nouvelle ville de Vergina. Les archéologues s’intéressent à la région uniquement après les années 1960.

La ville antique de Vergina : le site a été longtemps fermé pour restauration, normalement ré-ouvert depuis 2012, vous pourrez découvrir l’agora et le temple Eukleia, le palais et le théâtre, la tombe de Romaios chambre funéraire du 3eme siècle avant J.C, et principalement le tumulus royal (4 tombes dont la plus imposante est celle de Philippe 2 de Macédoine, grande tombe qui est devenu un musée souterrain où sont exposés les magnifiques trouvailles de cette tombe jamais pillée.

Véria : la petite ville de Véria existe depuis le 4eme siècle avant J.C, à la période romaine, elle devint un centre important, capitale de la Macédoine, puis archevêché à partir du 13eme, la construction de nombreuses églises byzantines et la création de nombreuses icones, elle poursuit son activité au fil des siècles, jusqu’à son rattachement à la Grèce en 1912.

La découverte de la ville permet de découvrir de nombreuses églises byzantines (Agios Christos et ses fresques du 14eme), de visiter l’ancien quartier juif (installation après la fuite d’Espagne), le musée byzantin, le musée archéologique.

Dans la région de nombreuses tombes macédoniennes sont visitables : Tombeau de Lefkadia, tombes des palmettes etc… mais aussi de découvrir les nombreux vignobles de la région qui sont réputés.

 Visite les villes de Kastoria et Florina

La ville de Kastoria est située à proximité de la frontière albanaise au milieu des montagnes, au bord d’un lac important : le lac Orestiada. À l’origine Kastoria devait être une petite cité qui vivait de la pêche et de la transhumance des troupeaux de montons et de chèvres, le nombre important de castors et autres animaux sauvages dans les montagnes a favorisé le commerce des peaux (loups,, ours et castors). Les romains connaissaient la région en raison de ce commerce et ont donc colonisé la région et installé une garnison sous le nom de Keletron. L’empire byzantin construit une forteresse ainsi que de nombreuses byzantines au long des siècles de cette civilisation (plus de 40 églises sont encore débout datant en majorité des 9eme au 14eme siècle). À partir des époques troublées de la fin de l’empire byzantin, Kastoria subit diverses invasions avant de passer aux mains des ottomans vers la fin du 14eme siècle. Elle sera redonnée à la Grèce libérée en 1912, soit il y a juste un siècle.

La ville a conservé la majorité de ses constructions anciennes maisons de maître : « Archontiko » que vous pourrez découvrir en parcourant les vieilles ruelles de la ville située sur une presdqu’île autour du lac, mais aussi de nombreuses églises byzantines à visister : Aghios anargyri, Aghios Stéphanos, Panaghia Koumbelidiki, église des taxiarques, Aghios Nikolaos), voir également le monastère de la Panaghia Mavriotissa du 11eme siècle, le musée byzantin et le musée ethnologique. Afin de terminer votre visite il vous sera possible de déguster la cuisine locale typique. A proximité de Kastoria vous pourrez visiter le village de Dispilio où a été recrée un village lacustre et un petit musée archéologique suite aux découvertes faites au bord du lac (culture néolothique entre 5000 et 3000 avant J.C.

Florina est une petite ville traditionnelle construite dans une vallée boisée à proximité de la frontière albanaise et de la république de macédoine yougoslave, à proximité du lac Prespes qui sert de frontière entre ces pays.

La région a été occupée par les macédoniens puis les romains à partir du 4eme siècle avant J.C, l’empire byzantin a pris la suite mais territoire lointain et peu défendu, elle subit diverses invasions avant de passer pour plusieurs siècles sous domination ottomane à partir de la fin du 14eme siècle. Elle ne redeviendra grecque qu’après les guerres balkaniques en 1912.

 Florina, la fleurie, a conservée quelques maisons anciennes, elle possède un musée archéologique qui permet de découvrir quelques traces de l’occupation romaine et des œuvres byzantines de la région. C’est une simple halte afin de découvrir une région verdoyante hors des sentiers battus, une Grèce traditionnelle, les lacs prespes et effectuer des randonnées dans la région.

Histoire et visite de la Chalcidique ( Halkidiki)

Cette Région située à l’est de Thessalonique se termine par trois longues péninsules qui plongent dans la mer. La péninsule située au nord constitue la république monastique autonome du mont Athos, la sainte montagne refuge depuis 10 siècles d’ermites, d’anachorètes et de moines, des dizaines de monastères parsèment la montagne  qui s’élève jusqu’à 2030 mètres.

Les deux autres péninsules (Kassandra et Sithonia) grâce à leurs belles pinèdes, leurs belles plages de sable sont devenues des hauts lieux du tourisme avec quelques grands hôtels et quelques structures plus familiales.

Le nom de Chalcidique  provient à l’origine des premiers colons qui venaient à l’époque de la Grèce archaïque de l’île d’Eubée et de la ville de Chalcis au 7eme siècle avant J.C, ces colonisateurs venaient dans cette région encore peu habitée afin de s’approvisionner en bois de construction pour les navires et chercher des métaux précieux (or, argent…). Plusieurs villes antiques dont ils demeurent encore des sites archéologiques ont leurs origines à cette époque : Olynthe, Torone Mendé, Acanthos, Potidée etc…Lors des guerres médiques elles sont du côté de Xerxes1er qui envahit la rèce afin de stopper la proéminence d’Athènes, la défaite de l’empire perse entraine un renversement d’alliance et elles deviennent membre de la ligue de Délos que dirigent Athènes et Périclès (432 avant J.C). Elles font partie du royaume Macédonien qui de l’empire romain et byzantin dont la capitale régionale est Thessalonique, suite aux diverses invasions, la région est tour à tout Franque, puis fait partie du royaume d’Epire et  enfin possédé par les ottomans en 1430.  Elle restera sous cette domination jusqu’en 1913 soit presque 500 ans avant d’être remise au royaume de grece à la fin de la 2eme guerre balkanique.

A visiter particulièrement : la grotte de Pétralona avec une belle salle couverte de stalagmites et de stalactites, le site de la ville antique d’Olynthos, le musée archéologique de Poligiros où est exposé les trouvailles des différents sites de la région, le village d’Arnea qui demeure un village traditionnel dans une région qui a subit beaucoup de constructions modernes, afitos avec ses quelques ruelles tortueuses, les belles plages de sable existent tout autour des 2 péninsules (Kassandra et Sithonia) soit de grandes plages soit de petites criques plus isolées et donc moins touristiques.

 Histoire et visite de Xanthi

La vile de Xanthi est située dans la région nord est de la Grèce moderne, petit centre économique régional et marché local important pour les populations agricoles des montagnes environnantes qui viennent tous les samedis faire le point de leurs affaires, vendre leurs récoltes et acheter les denrées et produits nécessaires à une économie qui est encore en grande partie en autarcie.

La vile existe depuis la période antique et son nom est déjà signalé en 879 avant J.C, mais village plutôt concentré sur l’agriculture il reste hors des divers courants culturels, et d’autre part les diverses invasions et conquêtes font que cette région demeure assez peu habitée. L’arrivée des ottomans à partir du 15eme siècle permet un développement de la région par l’apport de populations extérieures (voir l’histoire des peuples Pomaks), au 18eme les collines deviennent un important centre agricole de la culture du tabac et permet un développement important de la ville de Xanthi capitale de la région. Lors des guerres balkaniques la ville fût conquise par les bulgares, puis par les grecs mais remise aux bulgares en 1913, elle ne fût remise au royaume de Grèce qu’après la défaite des bulgares à la fin de la première guerre mondiale, ce qui fait  que la région de Xanthi n’est définitivement grecque que depuis 90 ans. Cette petite ville sera la patrie  de plusieurs hommes grecs importants : Démocrite, Protagoras, Hadjidakis principalement.

Vous pourrez découvrir la vielle ville de Xanthi du 19emle siècle avec ses ruelles et maisons traditionnelles en pierre et à encorbellement et ses minarets, son musée ethnologique et traditions,  les villages traditionnels Pomaks dans les montagnes, peuple traditionnel aux origines bulgares qui parlent encore une langue différente (Sminthi,Myki, Ehinos Dimario etc…) le site de l’antique Abdere et son musée archéologique près du lac Vistonida, le delta du Nestos importante réserve ornithologique, le pont byzantin de Kompsatos entre Xanthi et Komotini ( petite ville qui possède un musée archéologique qui regroupe les trouvailles faites dans la région). 

Histoire visite de la région de Kavala

Ville de Kavala :   L’origine de la ville de Kavala remonte à une colonisation de l’île de Thassos, elle-même colonie d’habitants de Paros au 7eme siècle avant J.C. La ville s’appelle alors Néapolis et se situe dans le quartier de Panagia. Elle est à la fois un port et un accès aux mines d’or et d’argent des montagnes proches. Elle devient un port important à l’époque de philippe2 de Macédoine. Elle fait partie ensuite de l’empire Byzantin et porte le nom de Christoupolis (la ville du christ) à partir du 8eme siècle. Elle est ensuite occupée par les francs, les lombards, et devient ottomane à la fin du 14eme siècle. Elle sera libérée du joug ottoman après les guerres balkaniques de 1913.

De ces différentes périodes la ville conserve encore dans l’ancien quartier de Panagia de vieilles maisons ottomanes à encorbellement et balcons de bois, un vaste aqueduc qui traverse la ville construit par Soliman le magnifique (aqueduc de kamares de 1550), un ancien port de pêche. Vous pourrez y visiter un musée archéologique ou sont exposés les diverses trouvailles de la région.

La ville de Kavala est un point de départ afin de visiter dans la région, l’île de Thassos accessible par bateau, et les 2 sites archéologiques de Philippes et d’Amphipolis, la ville de Serres.

Site de Philippes : Cette ville antique fût nommée ainsi en l’honneur de Philippe 2 de Macédoine, père d’Alexandre le grand, La ville fût fondée en 360 avant J.C par des habitants de Thassos ; située sur un promontoire au-dessus d’une vaste plaine agricole, Philippe 2 s’empare de la ville en 356 avant J.C. La ville devient ensuite une métropole importante lors de la période romaine grâce à sa situation sur la voie qui relie l’Epire à Thesslonique et Constantinople. Sous cette période la ville construit de nombreuses églises et basiliques, les invasions barbares, les séismes et la domination ottomane  au 14eme fait que la ville disparait et ne renait que lors des fouilles de l’école française d’archéologie  d’Athènes à partir de 1914.

Vous pourrez visiter sur le site : la porte de Néapolis, partie de rempart de l’ancienne cité, le théâtre, les ruines de deux basiliques avec quelques mosaïques, les restes de la voie Egnatia (voie romaine) le musée archéologique.

Site d’Amphipolis : la ville fût construite par les Athéniens en 427 avant J.C afin de pouvoir contrôler la région de la Thrace riche en minerais précieux (or, argent mais aussi le bois pour les constructions navales). Philippe 2 de Macédoine la conquiert en 357 avant J.C et la développe, elle devient un centre important du royaume macédonien, conquise par les romains dès 168 avant J.C, elle est une importante capitale régionale et point de passage de la fameuse voir Egnatia, à partir du 5eme siècle, membre de l’empire romain d’orient elle possède alors de nombreuses églises chrétiennes, à partir du 6eme siècle les invasions barbares  signe le déclin de la ville qui est vide au 8eme siècle.

Vous pourrez visiter le musée archéologique, l’acropole,  le lion colossal  sculpté au 4eme siècle avant J.C, les restes de la muraille au nord.

Ville de Serrès cette ville grecque de Macédoine  est située au nord-est de Thessalonique dans une vaste plaine bien irriguée, cette une des rares villes qui a une existence continue depuis l’antiquité et a conservé son nom d'origine depuis cette ancienne période. Cette ville fait avant tout partie du royaume de Macédoine dont le pouvoir central est situé à Vergina puis à Pella. Lors de la période romaine, elle continue son développement  et après la séparation en 2 empires, elle fait partie de l’empire d’orient qui devient l’empire byzantin. La ville devient un important siège épiscopal dont l’évêque assiste au concile d’Ephèse en 449.

La période byzantine avec ses guerres d’invasion (Normands en 1185, bulgares en 1206) et de frontières entre états voisins (Bulgares, Serbes) fait de Serres un lieu stratégique, la ville se développe et devient une métropole en 997 (chez lieu épiscopal Byzantin), la construction d’églises est favorisée et certaines datent de cette période (9eme au 12eme siècle), de nombreuses invasions prises de pouvoir et dominations se succèdent pendant cette période troublée puis elle est assujetti au joug ottoman à partir de 1383, et le restera jusqu’en 1913 soit plus de 500 ans. Cette période sera donc beaucoup plus calme, la ville devient un important centre de négoce et lieu de passage entre l’Asie mineure et les Balkans. Lors de la révolution Grecque de 1821, la région de Serres participe avec 2500 soldats mais après plusieurs mois de lutte la petite armée est écrasée. Il faudra donc attendre les guerres balkaniques de 1913 pour qu’elle soit rattachée à la Grèce définitivement.

Maintenant la ville de Serrès est une bourgade régionale dont l'activité demeure principalement agricole: culture du tabac, du riz, des légumes, élevage des ovins et de transformation de ces productions (vin, huile, fromages). La destruction  complète de la ville lors des guerres de 1913 fait qu’il ne reste pratiquement rien de la ville byzantine et ottomane hors le bâtiment du musée archéologique (ancien marché ottoman à coupoles), et quelques ruines de la tour d’Oreste sur l‘ancienne acropole byzantine et la basilique Saint Théodore qui était l’ancienne métropole de Serres.

A visiter à proximité : à environ 12 km de la ville, caché au fond d’un ravin, vous pourrez visiter le monastère de Saint Jean précurseur fondé entre 1275 et 1278. Soutenue par les rois Byzantins, il se développe rapidement. Il sera en partie détruit lors des invasions serbes. L’église possède des fresques dont certaines datent du 14eme, une partie au 17eme et fin 18eme suite à des destructions. Sa bibliothèque contient plus de 1500 manuscrits anciens.

 

 

Conditions générales - Mentions Légales - Détours 2014 - Site réalisé par Dare Pixel